[FRENCH] Cette semaine, nous revenons sur les adversaires les plus emblématiques de l’équipe de DC Comics la plus atypique et en même temps préférée des lecteurs de comics américains (mais également français comme les nombreux commentaires et retour nous l’ont prouvés lors de la chronique qui leur a été consacré).

Comme nous l’avons vu dans French Collection #133, The Doom Patrol présente des similitudes extrêmement troublantes avec la première équipe des X-Men. Similitudes qui amèneront Howard Drake (le co-créateur de The Doom Patrol) a pensé que Stan Lee était informé de son projet et s’en inspira grandement pour sa création.

Quoi qu’il en soit, le premier adversaire de The Doom Patrol fut The General Immortus qui se révéla être une ancienne connaissance (et responsable de l’infirmité) de The Chief [Niles Caulder] (comme Magneto le fut du Professor X). Mais il ne s’agit pas du seul adversaire de The Doom Patrol qui présente des similitudes fortes avec l’équipe des X-Men. En effet, les deux équipes adverses les plus emblématiques de The Doom Patrol et les X-Men partage quasiment le même nom puisqu’il s’agit de The Brotherhood of Evil et The Brotherhood of Evil Mutants. La ressemblance est d’autant plus frappante que par une incroyable coïncidence (ou pas) les deux équipes apparaîtront toutes les deux en mars 1964.

En effet, dans le Doom Patrol #86 (1964 Series) qui est en fait le premier numéro du magazine de l’équipe après le changement de nom de My Greatest Adventures (1955 Series) présente une équipe adverse de The Doom Patrol tout aussi étrange et atypique pour DC Comics. The Brotherhood of Evil est en effet composé d’un cerveau flottant dans un bulle en verre pleine de liquide, d’un gorille parlant et d’une femme schizophrène.

The Brain est le leader de l’équipe. Il s’agit d’un scientifique français (sans doute l’un des premiers personnages français à apparaître dans un comics de super-héros) spécialisé dans l’étude de l’intelligence. Il mènera à bien plusieurs expérience afin d’augmenter l’intelligence des animaux. L’une de ses expériences donnera des résultats exceptionnels puisqu’un des cobayes développera un niveau d’intelligence suprahumaine. The Brain le baptisera Monsieur Mallah (en français dans le texte) et en fera son assistant particulier. C’est lui qui transplantera le cerveau The Brain dans le dispositif de survie qui lui permit de survivre après la mort de son corps. Les deux équipiers sont inséparables et réussiront plusieurs fois à se sauver l’un l’autre (ou ensemble).

Dans une des nombreuses réécritures ultérieures de la chronologie de The Doom Patrol, The Chief [Niles Caulder] est présenté comme un homme tortueux capable des pires actions pour faire avancer ses plans. Jaloux du savant qui deviendra The Brain, il provoque une explosion pour tuer son collègue en espérant pouvoir récupérer son cerveau afin de l’implanter dans un corps robotique. Il en est empêché par Monsieur Mallah et s’arrangera pour provoquer l’accident de Cliff Steele et implanter son cerveau afin de créer Robotman [Cliff Steele].

Durant le run écrit par Grant Morrison, The Brain & Monsieur Mallah réussiront à implanter le cerveau du premier dans un des corps de Robotman [Cliff Steele]. Tous les deux s’avoueront alors leur amour réciproque.

Le troisième personnage, lui aussi français, est la directrice d’une école de jeune fille (qui sert également de quartier général secret à l’équipe). Il s’agit de Laura de Mille, une actrice de théâtre qui développa une double personnalité suite à un accident de voiture. Effrayé de la montée du côté maléfique de sa personnalité, elle est trompée par The Brain & Monsieur Mallah qui lui font croire qu’ils sont capables de la soigner. En réalité, ils réussissent à effacer sa personnalité première après une opération du cerveau. Devenu Madame Rouge, elle met ses talents d’actrice et du déguisement au service de l’équipe. Plus tard, suite à des opérations réalisées par The Brain & Monsieur Mallah son corps devient malléable. Lui permettant de changer d’apparence en déformant ses traits mais également d’allonger ses membres.

Mais la première opération n’a pas totalement éradiqué la personnalité de Laura de Mille. Elle resurgira pendant les affrontements avec The Chief [Niles Caulder] au travers d’un sentiment amoureux partagé. The Chief [Niles Caulder] réussira à opérer Madame Rouge [Laura de Mille] et supprimer sa personnalité maléfique.Mais The Brain & Monsieur Mallah réussiront à la capturer de nouveau et à supprimer totalement la personnalité de Laura de Mille. Mais furieuse d’être un jouet entre les mains des deux équipes, Madame Rouge décide de les supprimer toutes les deux.

Elle lance un missile sur le quartier général secret de The Brotherhood of Evil et tue visiblement The Brain & Monsieur Mallah. Il sera révélé lors de leur réapparition ultérieure qu’il s’agissait en fait de leures. Madame Rouge s’allie ensuite avec le Captain Zahl (un ancien nazi capitaine d’un sous-marin) et réussit à capturer The Doom Patrol. Afin de démontrer qu’ils ne sont pas si héroïques qu’ils le pensent, Madame Rouge leur propose d’échanger leur vie contre celle des habitants de Codsville, un petit village de pécheur situé dans le Maine. The Doom Patrol refuse d’échanger la vie d’innocents contre la leur et préfère périrent dans l’explosion de leur île prison.

Dans sa première version (nous reviendrons dans un lointain French Collection sur les autres incarnations), le noyau dur de The Brotherhood of Evil est parfois rejoint par d’autres membres. C’est ainsi que dans le premier épisode où ils apparaissent ils utilisent un gangster nommé Mr. Morden pour piloter un robot nommé Rog qui a été construit par The Chief [Niles Caulder] pour le programme d’exploration spatial américian. Mais cette association n’est qu’anecdotique contrairement à celle avec The General Immortus & Garguax, un conquérant extraterrestre ressemblant vaguement à Brainiac.

C’est d’ailleurs dans cette configuration que les lecteurs français découvriront The Brotherhood of Evil dans Aventures Fiction 1ère série n° 4 chez Artima / Arédit & Spectre n° 2. Le nom de l’équipe n’est pas traduit et seule Madame Rouge pâtît des traducteurs pour devenir Mme Rouget (sic) !

[Jean-Michel Ferragatti]