Comic Box Virgin #49 – Résistance[FRENCH] Position délicate que la mienne. Je ne peux pas me considérer tout bonnement exonérée de la connaissance en jeux vidéo en tant que femme, au risque de véhiculer un lieu commun. D’un autre côté, force est d’admettre que j’ai à la limite joué à Tetris dans ma vie… donc je vais me faire incendier par les connaisseurs et les joueurs.

En essayant de résoudre le problème de l’accroche de la chronique de Résistance, BD officielle du jeu vidéo homonyme sur Playstation 3, je cherche sur le net la bande annonce. L’atmosphère me parait inquiétante au possible, offrant à mon œil profane un mélange d’images très « typées-jeu-vidéo », à savoir les armes qui flinguent à tout va, et un décor sombre voire glauque, à cause des choses qui se font flinguer, des créatures cauchemardesques de provenance aliène.

RésistanceJ’entame alors la lecture de l’album. Nous sommes en 1951, et dans cette réalité alternative l’humanité n’a pas connu la Seconde Guerre Mondiale… parce qu’elle a connu pire : les Chimères, une espèce tout sauf amicale (les années peace & love étant encore loin…). Des unités d’assaut se sont constituées pour résister à ces monstres, qui après avoir conquis l’Europe gèlent la mer entre l’Asie du Nord et l’Alaska et s’attaquent par là au continent américain.
Pour les incultes comme moi, la BD est néanmoins lisible en soi : en 72 pages, on comprend les lignes narratives majeures et on partage les angoisses des personnages qui partent en missions qu’ils savent désespérées. La BD a l’air plus à la réflexion que le jeu, l’action y est plutôt rare et tout se joue sur les couleurs et les états d’âme. J’espère que les créatures dans le jeu soient un peu plus terrifiantes que celle de page 64, tout droit sortie d’une série B des années 1950 (est-ce intentionnel ?). Globalement, ça se laisse lire.
Joueurs de Playstation 3, si j’ai loupé des références importantes ou des messages secrets, je demande pardon…

[Camilla Patruno]