[FRENCH] Talent est exactement le genre de BD à ne pas lire juste avant de prendre l’avion pour éviter toute montée d’adrénaline dangereuse pour le coeur. La rédaction de Comic Box a beaucoup d’humour et a donc décidé de me confier la lecture de Talent quelques jours avant de m’envoler vers des contrées moins frileuses et plus affriolantes. L’embarquement s’est donc fait dans un état de stress pré-traumatique intense faisant resurgir comme un zona mal soigné ma vieille phobie des avions…

Un crash fait basculer la vie de Nicholas Dane, unique rescapé de l’accident d’avion. Un miracle qui vient contrer une machination ourdie dans l’ombre. A mi chemin entre une rhétorique mystique et un complot politique, Talent se transforme en thriller savoureux au fil des pages, en distillant un suspense flirtant avec le surnaturel.

I Will Survive…

Le vol Atlantic 654 explose avant d’arriver à destination et s’écrase dans la mer. Les chances de survie sont nulles et l’équipe de sauvetage pense partir à la pêche aux cadavres quand elle découvre un homme en vie, Nicholas Dane. Un miraculé après douze heures passées sous la mer. Une épine dans le pied qui vient titiller les cardinaux de l’ordre de la Ténèbre Eternelle, qui éradiquent sans pitié toute manifestation de miracles menant à la foi. Mais l’état de grâce induit, par son statut de survivant, dure le temps de glisser vers des soupçons de terrorisme. L’accident est d’origine criminelle et Nicholas Dane fait office de suspect idéal. Ce simple professeur d’anglais est entraîné malgré lui dans une aventure qui le dépasse.

Le chaos débarque dès la première page, nous introduisant sans transition dans un univers pour le moins plutôt sombre et difficile à pénétrer. Pas d’unité d’action. La BD multiplie les histoires parallèles qui finissent par se croiser, faisant parfois tourner le lecteur en bourrique. A peine avez-vous commencé à saisir une bribe d’information au vol, que le texte change de direction en vous laissant en plan. L’unique survivant a la sensation de ne plus contrôler son destin (comme le lecteur a du mal à saisir l’histoire). Et pour cause, il est relié malgré lui a une mémoire collective des autres passagers. Son sauvetage n’est pas le fruit du hasard. Lui, l’homme ordinaire, a hérité des talents de chaque passager, mais aussi de leurs histoires et de leur dernière volonté. Face à l’imminence de la mort, chacun a livré son énergie vitale et ses forces pour les concentrer dans un même individu. Un sacrifice nécessaire pour que tous puissent survivre à travers un seul être. Le rêve de chacun d’hériter des super pouvoirs de son voisin ? Mieux vaut s’assurer que son voisin à d’autres talents cachés que la pétanque. Tous les passagers du vol Atlantic 654 ne se révèlent pas tous d’un grand intérêt hélas. Et si le champion de boxe met ses poings au service du héros et permet à Nicholas de se découvrir l’oeil du tigre, le pro d’origami ne rassasie pas les envies. Ce pouvoir d’hériter du talent de tous les passagers  investit Nicholas Dane d’une mission sacrée. Le sacré fait d’ailleurs son apparition dans cet univers sombre, où le dessin de Paul Azaceta s’attache à faire ressortir les noirceurs de l’humanité, sous les traits d’un messager de la Balance. Un archange Gabriel moderne qui guide Nicholas dans l’apprentissage de ses nouveaux pouvoirs. Le surnaturel s’impose comme une évidence. Vous adhérez sans tatillonner au partie de la Balance comme un espoir d’happy end possible au milieu d’un bain de sang bouillant. La Balance, héritée du Fatum des Anciens, incarne l’équilibre des énergies, des forces positives et des forces négatives qui constituent l’essence du monde. La Balance ne cherche pas à donner sa préférence à un des deux côtés, juste préserver l’équilibre. Une homéostasie de l’univers qui permet de faire cohabiter ordre et chaos. Toute transcendance cache des bas-fonds peu reluisants, incarnés par un couple de tueurs cyniques et sanguinaire et par Krause, un homme à tout faire, diligenté par la commission d’enquête du gouvernement et de mèche avec l’organisation secrète. Nicholas Dane se fait le porte-parole des anonymes, qui restent dans l’ombre au quotidien jusqu’à un élément déclencheur qui canalise leur spécificité pour recréer un ordre établi. Ce premier volume met en lumière trois passagers du vol. Un prochain épisode aurait privilégié les autres âmes mortes qui n’attendent que de revivre à travers l’unique survivant. Malheureusement pour l’instant il n’y a pas eu de suite, y compris aux USA…

[Ange Lise]

Talent : Unique survivant

Scénario : Christopher Golden, Tom Sniegoski
Dessin : Paul Azaceta
Couleurs : Ron Riley�
Editions Bamboo, juin 2007