Avant-Première VO: Review Justice League #2

Justice League #2

Suite des aventures de la nouvelle mouture de la Justice League. Superman, Batman et les autres continuent d’arrêter les dégâts causés par l’étrange énergie appelée « totality ». Ils vont devoir convaincre un vieux camarade de rejoindre leur rang. Pendant ce temps, Lex Luthor et sa Legion of Doom oeuvrent dans l’ombre pour détruire une fois pour toute la Ligue. Un épisode tout aussi dense que le précédent mais plus facile à digérer.

Justice Leagued #2 [DC Comics]
Scénario de Scott Snyder
Dessins de Jorge Jimenez
Parution aux USA le mercredi 20 juin 2018

Les perturbations causées par l’énergie « totality » mobilisent la Ligue. Pour l’occasion, ils affrontent un ennemi, qui d’habitude est un vilain de second ordre, mais qui est boosté en puissance dans cet épisode. De con côté, Batman essaie de recruter un Green Lantern. Ce dernier n’est pas emballé mais les événements vont le faire choisir de façon radicale. Si on avait surtout aperçu Luthor dans le premier épisode, on s’attarde ici un peu plus son « gang ». Il fait avancer tranquillement ses pions. pour mener à bien son plan. Luthor est bien différent de celui qu’on a pu voir dans les pages de Justice League ces dernières années. Exit le côté « justicier » et place à son aspect « génie maléfique ». On retrouve un peu le Luthor de Grant Morrison sur JLA dans les années 1990. D’ailleurs, son plan : s’emparer d’une énergie transdimensionnelle pour régner sur le monde et vaincre la Ligue est l’idée utilisée par Morrison dans ces fameux épisodes. Coïncidence ? Les membres de la Ligue continuent d’agir à l’unisson, notamment grâce au retour de J’onn J’onzz et de sa télépathie. Cependant, Snyder ne s’arrête pas pour présenter les différents héros. Ainsi, si on connaît les « classiques » comme Superman, Batman, Flash, Wonder Woman, il serait de bon ton de revenir sur les origines de J’onn ou de Hawkgirl. Car pour ceux qui ne suivraient que Justice League (sans se soucier des séries dérivées ou crossovers), ils ne savent pas vraiment qui sont ces deux héros. Par ailleurs, présent dans le #1, Cyborg a mystérieusement disparu cette semaine. 

« For justice. Is everyone set? »

L’événement marquant, c’est un enrichissement de la mythologie des Green Lanterns. En plus de revenir sur les récentes actions de John Stewart, le pire ennemi du GL Corps, Sinestro fait un retour fracassant. Encore une fois, le scénariste devra expliquer ce qui ait advenu de Sinestro depuis les derniers événements de la série Hal Jordan and the Green Lantern Corps. Après un premier épisode dessiné par Jim Cheung, c’est au tour de Jorge Jimenez de reprendre les dessins de JL. L’artiste, qui a fait ses classes sur Smallville et Superman, a abandonné les Super Sons pour croquer les plus grands héros de l’univers DC. Et il est très à l’aise avec tous ces personnages. Les couleurs de Alejandro Sanchez soulignent le côté « cartoon » du dessinateur. Certaines cases donnent l’impression de s’animer toutes seules. Autant à l’aise dans les grosses scènes d’action ou les séquences de dialogues, le style de Jimenez ne tranche pas trop avec celui de Jim Cheung. Un numéro qui continue de planter les graines d’un bon petit story arc et qui devrait attirer les nouveaux lecteurs.

[Pierre Bisson]
Comments: 0

Laisser un commentaire

error: Content is protected / Le contenu de ce site est protégé !!