Suite au succès de la première mini-série, Peter David et Greg Land replonge Spider-Man dans ses jeunes années, l’époque où il portait son costume symbiotique. Après Mysterio, c’est au tour du Hobgoblin de jouer les oiseaux de mauvais augure. Et il ne fait pas les choses à moitié.

Symbiote Spider-Man: Alien Reality #2 (Marvel Comics)
Scénario de Peter David
Dessin de Greg Land
Parution aux USA le mercredi 8 janvier 2020

Le monde de Peter Parker est complètement chamboulé. Le Hobgoblin (ou Super-Bouffon en VF) est devenu l’apprenti du Sorcier Suprême. Et le Dr. Strange est inconnu au bataillon. Transformant la réalité, il plonge Spidey dans un monde quasi-similaire au précédent mais avec des petites modifications. Peter a néanmoins retrouvé Stephen Strange. Vivant dans la rue, il n’a plus accès aux pouvoirs du Sanctum Sanctorum. Si au départ, Peter est prêt à tout pour modifier les choses, au fil des pages, il doute. Surtout quand il découvre ce que sont devenus ses proches. Mais la réalité va se rappeler à lui.

« You want to teach me the mystic arts? »

Tout comme pour la première mini-série Symbiote Spider-Man, Alien Reality surfe sur la vague « nostalgie ». Bien ancrée dans les années 1980, le scénario nous replonge dans une partie de l’histoire de Spidey qui est souvent délaissé. Ainsi, à cette époque, le Hobgoblin était l’un des ennemis majeures de l’Araignée. Ignorant son identité, le lecteur aimait ce vilain plein de mystère. Les amours de Peter étaient aussi complexes, puisqu’il flirtait avec Black Cat. On retrouve tout ce petit monde dans cette aventure, avec un twist original à chaque fois. Réalité alternative oblige. Au dessin, Greg Land continue de faire du Greg Land. C’est ensuite une histoire de goût mais son style réaliste n’est pas sans déplaire. Ajouté à ça les couleurs de Frank D’Aramata et vous en prenez plein les yeux. Pour le moment, on regrette que l’aspect « symbiote » du titre soit laissé de côté. C’était déjà le cas dans les premiers numéros de la précédente mini-série, avant que les choses ne s’accélèrent. On espère donc que ce sera encore le cas cette fois-ci et qu’on apprendra des secrets sur la vie du symbiote, à l’époque porté par Peter.

[Pierre Bisson]