msmarvel23[FRENCH] Le dernier épisode (en date) de Ms Marvel est aussi l’avant-dernier du dessinateur Aaron Lopresti, en partance pour DC. Pour autant, l’épisode n’est pas expédié et ceux qui apprecient la (bonne) pâte cartoony de l’artiste ne seront pas dépaysés. Chronique marvellienne…
Ms Marvel#23
Brian Reed/Aaron LoprestiMatt Ryan/Chris Sotomayor
Sortie le 02/02/08 aux USA
(Marvel)

Si vous avez manqué le début, cet épisode est la troisième partie de la saga « Monster and Marvel ». Résumé des aventures précédentes : il y a plusieurs mois, Ms Marvel a réussi à vaincre à la fois les Brood, des extra-terrestres dignes des Aliens (du film du même nom) qui menacent périodiquement l’univers et Cru, une anti-Brood qui était prête à faire sauter la Terre pour peu que ça le débarrasse des E.T. engrosseurs que sont les Broods. Au terme du combat, Ms Marvel absorbe une partie des pouvoirs de Cru mais les deux combattantes finissent par atterrir sur une île où les Broods ont élu domicile et d’où elles vont devoir s’échapper.

msmarvel23p2Ms Marvel connait bien la planète mère des Broods. Elle y avait été enlevée il y a quelques années et en était ressortie transformée, déshumanisée sous l’identité de Binaire. Dans un élan de rage et de vengeance, Binaire avait traqué et tué les Broods jusqu’au dernier. Mais il semble que la Reine des aliens ait survecu !
Pendant que Cru et Carol Danvers sont coincées avec la reine dans une caverne sous l’île, le SHIELD envoie une équipe de secours composée de Machine Man (qui se cache dans un corps de femme, celui de Pulsar, l’ex-Captain Marvel, ex-Photon), Wonder Man, Araña, Sleepwalker et l’agent Sum. Ceux-ci n’arriveront cependant pas à percer les défenses des combattants Broods afin d’extraire Carol Danvers de là. Celle-ci semble condamnée… Mais quelque chose se produit en elle et elle ressort de cet épisode… très différente.

Brian Reed est l’homme qui monte chez Marvel. Ses débuts dans l’ombre de Brian Bendis lui ont assuré une visibilité optimale. Si Ms Marvel n’est pas une série indispensable à la vie du lecteur de comics moyen, elle remplit cependant parfaitement sa fonction : divertir. On sent bien qu’on est ici dans un épisode de transition. Tout ou presque est narré par Carol Danvers elle-même et nous conduit tout droit vers un crossover final qu’on avait presque pu deviner depuis la page une. Pour autant, cette aventure ne sera pas inutile et prendra sans doute tout son sens dans le corpus de la saga. Graphiquement, c’est du solide, sans génie mais avec une indéniable envie de bien faire.

[Fabrice Sapolsky]