[FRENCH] Arrow a mis dans le mille la semaine dernière en réunissant 4 millions de spectateurs sur la CW. La pression était donc là pour les créateurs, Marc Guggenheim et Andrew Kreisberg. Ce deuxième épisode est plutôt efficace, avec une intrigue qui se dévoile petit à petit.

Oliver Queen, le gardien de Starling City, continue sa croisade personnelle contre les criminels en cols blancs qui polluent la ville. Son ex-petite amie, Laurel Lance, lutte également de son côté en utilisant la loi et son job au bureau du procureur. Dans leur collimateur : Martin Somers, un trafiquant de drogue, lié à la mafia chinoise. Il va faire appel à la tueuse China White pour se débarrasser de Laurel. L’occasion pour Oliver de se rapprocher de son amie, tout en arrêtant le malfrat.

GUESTS SURPRISES

Premier personnage du DCU à faire son apparition dans la série, China White, n’est cependant pas la plus connue. Apparue pour la première (et unique) fois dans la mini-série Green Arrow : Year One d’Andy Diggle et Jock, la criminelle faisait du trafic de drogue sur l’île où échouait Oliver. Dans la série, elle n’est qu’une « simple » tueuse à gage, au service des triades. On nous avait vendu ce guest en grande pompe. Le casting de Kelly Hu (Lady Deathstroke dans X-Men 2) avait suscité l’attention des fans. Mais malheureusement, ce ne sera pas dans cet épisode qu’on pourra savourer la performance de la jolie actrice. Prévue pour d’autres épisodes, elle ne fait ici qu’une apparition éclair, le temps de deux scènes d’actions très bien réglées. L’autre invité surprise intervient dans la scène finale de l’épisode. Une bonne surprise qui permet de créer une vraie attente pour le prochain épisode.

EN VERT ET CONTRE TOUS

Notre héros a fort à faire dans cet épisode. Dans un premier temps, il doit légalement retrouver son identité civile. Puisqu’il a été déclaré mort, Oliver doit témoigner et expliquer son retour dans le monde civilisé. L’occasion de résumer rapidement les évènements déjà expliqués dans le pilote. Cependant, même si quelques séquences sont redondantes (les flashbacks et la rencontre avec Laurel au tribunal), on passe vite à l’histoire du jour. Les personnages commencent à s’étoffer. Le sujet « mélo » de l’épisode n’est pas une énième romance entre Ollie et Laurel (même si la tension amoureuse est toujours là), mais plutôt les conséquences d’un évènement traumatisant et le retour à la vie normale. Le moment le plus marquant reste l’explication entre Oliver et Diggle (son garde du corps, dont le nom est un hommage à Andy Diggle). Ce dernier était un ancien soldat en Afghanistan. Il comprend tout à fait que l’ancien naufragé ait du mal à renouer le contact avec ses proches. Les autres scènes entre Oliver et sa famille fonctionnent également. Stephen Amell (Oliver) s’améliore au fil de l’épisode. Un peu stoïque dans les premières scènes, il devient plus naturel lors des scènes plus intimistes, notamment lors de « la scène de la glace » avec Katie Cassidy (Laurel) et l’inauguration de la nouvelle usine. On notera aussi le petit clin d’œil à Ann Nocenti, la scénariste actuelle du comic Green Arrow.

ACTION ET MYSTÈRES

Deux éléments sont bien maîtrisés par la production : les scènes d’action et le scénario à tiroirs. Les combats sont très bien chorégraphiés et rythment les 40 minutes d’épisode. On découvre qu’il y a plus d’une façon d’utiliser un arc pour se battre… La série dévoile des éléments sur l’intrigue principale au compte goutte. Le parallèle avec le flashback sur l’île est réussi et tout ne semble pas aussi limpide qu’on aurait pu l’imaginer. Certains diront que les éléments révélés à la fin de l’épisode divergent de la version comics de l’origine de Green Arrow. Mais après tout, pourquoi ne pas suspendre également les fans de la première heure ? En tout cas, avec 3,5 millions de spectateurs pour cette deuxième semaine, la série a toutes les chances de voir son nombre d’épisode passer de 13 à 22.

[Pierre Bisson]

Arrow, disponible sur l’itune store US et Amazon Unbox