[FRENCH] Avec un membre de la famille Grimes gravement blessé, les héros s’éparpillent entre une ferme isolée et l’intérieur des bois (où il s’agit de chercher la petite fille disparue dans l’épisode précédent). Et quelqu’un doit absolument prévenir Lori des derniers événements. Dans le monde de Walking Dead rien n’est facile et les plans les plus logiques se transforment une fois encore en défi à tiroirs. La saison 2 continue de ménager aussi bien le côté horrifique (même si les zombies sont présents surtout dans la seconde moitié de l’épisode) et les éléments plus personnels…

Panique à bord. Carl a été blessé par le tir d’un chasseur maladroit. Heureusement celui-ci peut indiquer où se trouvent des secours potentiels. Rick découvre donc une petite ferme dont le propriétaire va s’employer à sauver le jeune garçon. Mais à partir de là les loyautés de Rick sont tiraillées. D’un côté il doit rester auprès de son fils. De l’autre il veut absolument aller porter la nouvelle à son épouse. Mais aussi retourner aider le reste du groupe. Mais Rick n’est qu’un homme et il lui faut faire des choix. Au sujet de Lori, l’ouverture de l’épisode permet de nous en apprendre un peu plus sur son point de vue au tout début des événements et permet un parallèle entre la fois où Rick fut blessé et cette nouvelle épreuve. Sur cette saison qui démarre, le personnage de Lori semble plus fort, moins potiche et en tout cas mieux exploitée. En tout cas l’ouverture et le suivi de ses réactions la mettent bien mieux en valeur que la plupart des scènes de la saison 1.

Daryl Dixon est un autre personnage dont l’approche a changé entre les deux saisons. Même s’il est forcément plus en retrait que le triangle amoureux Rick/Shane/Lori, le chasseur de la bande sort du comportement monolitique à la « ce qui est arrivé à mon frère est de ta faute » pour une personnalité beaucoup plus altruiste, rassurante pour le groupe. On le voit ici à sa manière de « positiver » et de récomforter le groupe dans les bois. Ou encore à la façon dont, contre toute attente, il se préoccupe quand même de la santé de T-Dog, malgré les rancoeurs anciennes. Dixon semble une porte ouverte pour que les événements de la série TV trouvent leur propre vie par rapport au comic-book d’origine et nous réserve sans doute quelques surprises.

Ce deuxième épisode de la saison conforte également l’approche plus champêtre en arrivant à un stade bien connu des fans de la BD (l’arrivée dans la ferme). Mais la série garde sa marque de fabrique et les opérations les plus simples se compliquent considérablement, à l’image de ce qui se passait dans la saison (par exemple on se souviendra du coup des clefs de menottes égarées et de l’effet domino que cet événement causa sur le sort de la bande). Cette fois c’est pareil. La poursuite dans les bois de la semaine dernière a mené à la perte de la petite. Qui a mené à une opération de rechercher. Qui a mené à la blessure de Carl. Qui a mené à la recherche de médicaments… et laisse Shane en bien mauvaise posture. Dans un monde où la société s’est effondrée, une grosse blessure devient un véritable Titanic. Le scénario et la réalisation s’emploient bien à le démontrer. La série continue de maintenir un rythme équilibré. Si les événements du comic-book ne sont pas reproduits à l’identique, l’esprit reste respecté à la lettre…

[Xavier Fournier]