[FRENCH] Restés mêlés à la population mutante depuis qu’ils sont passés par les rangs des Dark X-Men, Cloak & Dagger ont pris leurs marques mais de manière différente. Pas facile de s’habituer au fait de ne plus être un outsider (non, rien à voir avec une équipe de DC). Ce one-shot règle la question de savoir où est leur place et est plutôt une bonne surprise.

Cloak & Dagger #1 [Marvel] Scénario de Stuart Moore
Dessin de Mark Brooks
Parution aux USA le mercredi 31 mars 2010

Les habitués de nos chroniques le savent, je (et mes collègues sont un peu du même bois) n’apprécie pas trop les histoires façon anthologie de jeunes héros étalant leurs états d’âme « emo » le soir de noël ou bien la veille de leur anniversaire ou encore en serrant contre leur petit coeur la photo d’un être cher. En général on nous refile la chose à 3,99 $ et elle est aussi vite oubliable que les pages sont tournées. C’est donc avec beaucoup de méfiance que je m’attaquais à ce one-shot en me demandant si Cloak & Dagger seraient frappés du même phénomène. Et bien, ouf, non ! Non on ne passe pas l’épisode à voir les deux tourtereaux chialer en attendant que le nombre réglementaire de pages soit écoulé. Oui, Stuart Moore tranche une fois pour toute la question de savoir s’ils sont des mutants ou pas. Oui, ce numéro contient sa petite dose d’action mais aussi de voir comment Cloak & Dagger se situent par rapport aux X-Men. Ce qu’ils leur envient ou pas. Et dans la foulée ils se découvrent également de nouveaux adversaires.

Je ne dirais que je suis totalement satisfait par la situation dans laquelle la conclusion les laisse mais l’histoire leur permet de briller (forcément avec les ténèbres de Cloak c’est moins évident 😉 ). Mieux : le ton donné les positionne clairement pour un retour éventuel et on a l’impression que Marvel teste un peu les eaux en prévision d’une mini si la réaction était là. Et puis il y a le dessin de Mark « Je suis bière » (*) Brooks qui s’éclate visiblement à dessiner les aventures du duo. Alors oui, bien sûr, il y a une sorte d’atavisme de Cloak & Dagger qui les pousse à squatter encore et toujours les mêmes églises en ruine mais au final le constat est plutôt charmant et frais et je ne craindrait pas qu’on les retrouver semi-régulièrement dans d’autres spéciaux de ce type (par opposition à une série qui s’essoufflerait). Les fans des personnages, en tout cas, devraient être ravis…

[Xavier Fournier]

(*) Private joke à l’attention des habitués francophones du monsieur 😉