Avant-Première VO : X-Men: The Times and Life of Lucas Bishop #1[FRENCH] Amateurs de comics des années 90, ne manquez pas le premier numéro de cette minisérie ! Véritable épilogue de Messiah Complex, elle retrace chronologiquement la vie de Lucas Bishop, et assure la cohésion du futur de l’univers Marvel tel qu’annoncé dans le crossover de l’an dernier. En plus, Duane Swierczynski parvient à nous faire accepter les excuses de l’un des personnages les plus controversés de la galaxie mutante, sur fond de « C’est pas moi, c’est la société ! ».

X-Men: The Times and Life of Lucas Bishop #1 [Marvel] Scénario de Duane Swierczynski
Dessins de Larry Stroman
Sortie américaine le mercredi 05/02/09

X-Men: The Times and Life of Lucas Bishop #1Une bonne surprise que le premier numéro de cette minisérie, qui ravira tous ceux qui, comme moi, ont la nostalgie des histoires des années 90, où Bishop et son futur étaient à l’honneur. Ces dernières années, nous avons vu le voyageur temporel passer de l’état de super-flic à celui de fanatique prêt à tout pour… tuer un bébé ! A l’issue de Messiah Complex, Bishop n’a pas hésité à tirer sur le professeur Xavier pour tenter d’assassiner le premier enfant mutant depuis le M-Day. Alors pourquoi tant de haine ? Les séquences de flash-forward d’X-Factor nous avaient permis de comprendre que, dans l’esprit de Bishop, ledit enfant était responsable de la ségrégation subie par les mutants dans son futur, sans nous en dire beaucoup plus. Alors, ici, on reprend tout depuis le départ, depuis la conception de Bishop, pour mieux comprendre comment un personnage que nous avons toujours connu du côté du Bien en arrive à tirer sur des infirmes pour mieux exterminer un bébé. Une démarche tendue mais bien menée par le scénariste. La tragédie de Bishop est émouvante, mais le ton est juste, cohérent avec le personnage qu’on connaît : énervé, plein de rancœur. Un peu comme si la minisérie n’était qu’une lettre envoyée à ses anciens collègues pour leur dire : « Ne me jugez pas, vous ne pouvez pas comprendre ! » Evidemment, on devine que la suite réservera quelques surprises, que nous quitterons un peu le pathos pour rentrer dans les véritables révélations… En sachant que le point de vue très personnel de la série ne nous garantit pas d’avoir toute la vérité. Celle de Bishop, en revanche…

Par ailleurs, Swierczynski se paye le luxe d’assurer la continuité des éléments mis en place par Peter David, dans Messiah Complex et le X-Factor : Layla Miller. Et, alors que, selon moi, l’univers X actuel tourne un peu en rond, se déconnectant un peu plus chaque jour du reste du Marvelverse, je me surprends à trouver au sein de ce futur « à la Days of future Past » une réelle bouffée d’oxygène. Graphiquement, Larry Stroman livre un très bon travail, assez proche d’un Alan Davis, et mis en majesté par l’encrage de Mark Farmer. Un bémol toutefois : son incapacité manifeste à dessiner les jeunes enfants (la vision d’horreur qu’était ce Bishop nouveau-né mettra quelque temps à s’effacer de mon cerveau traumatisé…) ! Mais bon, au vu de l’approche chronologique, on peut légitimement espérer que le pire est passé. En tout cas, le scénario de cette mini vaut largement qu’on y revienne !

[Antoine Maurel]