[FRENCH] Fort du succès de Blackest Night, DC Comics en rajoute plusieurs mois plus tard à travers cette minisérie « Untold Tales » dont le concept, par avance, me faisait un peu peur. Qu’est-ce qu’on avait besoin de nous rejouer Blackest Night des mois après sa fin et de rallonger la sauce ? Au final, cependant, la chose est bien plus sympa que je m’y attendais (enfin bien sur si Blackest Night ne vous a jamais parlé, c’est sur que…). Pas du remplissage pour le remplissage mais bien un peu plus de Blackest Night pour ceux qui voulaient du rab.

Untold Tales of Blackest Night #1 [DC Comics] Scénario de Geoff Johns, Peter Tomasi et divers
Dessin de  Ivan Reis, Patrick Gleason et divers
Sortie aux USA le mercredi 13 octobre 2010

C’est un fait. Ceux qui ont pu lire le director cut du crossover savent que Geoff Johns a été obligé de couper quelques scènes sans doute pas si centrale mais en tout cas marrantes et liées à des personnages mineurs. L’éditeur a la bonne idée de finalement nous les publier comme telles, ce qui ne révolutionne pas le monde, c’est sûr, mais nous place en condition pour nous replonger dans autant de « tranches de vie » (hmmm… « tranches de morts » ?) liées à Blackest Night. Passées ces petites mises en bouche, les segments liés à Animal Man, aux Teen Titans (encore que celui-ci soit assurément le plus faible du lot) ou à Karu-Sil donnent du relief à des choses à peine ébauchées dans Blackest Night. Marvel ferait bien d’en prendre de la graine pour ses « mini-parallèles » façon Nation-X ou Embedded.

Je n’irais pas jusqu’à dire qu’Untold Tales of Blackest Night #1 est nécessaire ou incontournable mais pour ceux qui le veulent bien, c’est pas, à mon avis, du vol. Qui plus est les dernières pages nous montrent bien que ce n’est pas limité à un « trip passéiste » et qu’à travers ce retour en arrière on ébauche aussi des événements qui restent à venir. Je me demande d’ailleurs si le storyline lié à « l’Extinction » ne serait pas aussi relatif à l’histoire du jeu DC Online tel qu’ébauchée dans le trailer. En tout cas tout ça ne fait pas vide et présente plusieurs points d’intérêt. Gros point noir cependant : l’épisode est publié avant la mise en place des nouveaux prix de DC et à pratiquement 5$, je dirais quand même que c’est un peu cher pour avoir seulement un comic-book de ce type…

[Xavier Fournier]