[FRENCH] Privé de son physique parfait, Steve Rogers est prisonnier de Machinesmith, qui compte bien lui arracher les secrets du sérum du super-soldat. Quel chance aurait donc un avorton contre une armée de robots et d’armoires à glace ? En théorie pas grand chose. Dans la pratique, par contre, on sait bien qu’on peut compter sur l’expérience du leader des Avengers.

Steve Rogers: Super-Soldier #3 [Marvel Comics] Scénario d’Ed Brubaker
Dessins de Dale Eaglesham
Sortie aux USA le 15 septembre 2010

Après nous avoir donné des années de conspiration du Red Skull dans la série Captain America Ed Brubaker nous propose dans cette mini-série quelque chose qui est formellement différent, plus « premier degré ». « Tout est sur la table » avec un plan de Machinesmith qui ne semble pas avoir d’éléments cachés. Il s’agit simplement d’obtenir le secret du sérum de Captain America. Simple mais efficace, car cela nous permet de retrouver Steve sans en prendre pour des plombes de conspiration (comme, malgré ses autres mérites, dans la série Secret Avengers par exemple). Si les choses sont différentes dans la forme, sur le fond elles ont cependant un air de déjà vu, avec Machinesmith qui veut, en gros, obtenir le corps de Steve pour l’utiliser dans ses expériences… Tout en regrettant l’époque où lui-même avait un véritable corps organique. Les préoccupations de Machinesmith sont du coup un trop « proches » à mon goût de celles du Red Skull.

Un autre défaut de l’histoire est cette facilité à considérer le physique de Steve Rogers comme quelque chose qu’on puisse « convoquer » aussi facilement que si un bouton servait à allumer ou éteindre ses pouvoirs. Je veux bien que dans le cas de Hulk ou des personnages similaires les radiations soient un deus ex machina qui permet de prendre ses libertés avec les lois physiques. Pareil pour des cas façon Shazam, quand Billy Batson est remplacé par Captain Marvel. Mais que Steve perde subitement ses muscles pour les retrouver plus tard aussi facilement… C’est un peu « gros » et en dehors du cadre habituel de l’ex-Cap. Où était donc partie la masse des muscles et d’où revient elle ? Malgré cet écart et la réserve sur la similarité des méthodes Machinesmith/Red Skull, il ne faut pas s’y tromper. J’aime bien ce Super-Soldier qui nous change d’histoires parfois trop lourdes. Et les dessins de Dale Eaglesham sont, en ce qui me concerne, un plaisir. Ils conviennent parfaitement à l’histoire (mieux, à mon sens, que sur Fantastic Four) et je ne serais pas contre voir le titre Steve Rogers: Super-Soldier revenir en ongoing…

[Xavier Fournier]