[FRENCH] Dans cette dernière semaine du mois de lancement du DCnU, Superman fait partie des titres attendus, avec un combo Pérez/Merino aux commandes. Par rapport à Action Comics, la chose se passe se dans le présent et repose sur une histoire beaucoup plus classique d’un Superman qui, oui, n’est plus marié et a changé de costume. Mais il faut se mesurer à la version de Morrison…

Superman #1 [DC Comics] Scénario de George Pérez
Dessins de Jesus Merino
Parution aux USA le mercredi 28 septembre 2011

Le temps a passé. La ville de Metropolis a changé et le Daily Planet a été absorbé dans le groupe multimédia de Morgan Edge. Un Morgan Edge bien différent du personnage des années 70 puisqu’il s’agit désormais d’un milliardaire afroaméricain massif… qui garde quand même de sa précédente incarnation le même goût pour le profit. Du coup naît une réflexion sur les journalistes obligés de vivre à l’heure des médias immédiats et qui doivent lutter pour conserver leur recul. Là dessus Superman fulmine et survole les ruines de l’ancien Daily Planet avant qu’une créature extra-terrestre attaque la cité. Et au passage, bien sûr, on prend la mesure des relations de Clark et Lois dans cette nouvelle réalité…

Et là il y a deux manières de voir les choses. La première est de comparer ce Superman relancé à ce qu’était le titre avant le relaunch. C’est à dire, même avant l’année gâchée sur Grounded, une série qui avait perdue toute direction ou intérêt. Du coup il est certain que le tandem Pérez et Merino est l’équivalent d’un bond de géant, avec les choses à nouveau recentrées sur Metropolis et un récit dense. On ne pourra guère lui faire de procès sur ce point. Malheureusement si Perez a mis l’accent sur les relations nouvelles entre Clark et Lois et nous permet de savoir où ils sont (ou plus exactement où ils n’en sont pas). Sur le « danger du mois », par contre, on ressent une certaine gêne car si un passage semble nous expliquer la présence d’une corne géante dans les pages de Stormwatch, on enchaine avec une menace énergétique inconnue. Certes, il faut ménager une touche de mystère et on comprend que le scénariste fait le choix de ne pas tout dire mais le peu qu’il dit n’a pas grand sens et la chorégraphie du combat laisse à désirer. Surtout il y a ce qui ne peut sonner que comme un lieu commun mais qui est l’expression d’une réalité. Au moment de comparer Superman #1 à Action Comics #1, il ne fait pas de doute que c’est la série de Morrison qui a le plus de tonus, avec un Superman hors-la-loi moins boy-scout qui est en cours de constitution. Celui de Perez est déjà un peu rangé des voitures. On voit bien qu’il a appris la diplomatie et que, même, il pense en termes de communication et d’image extérieure (sa volonté de ne pas endommager de satellite, par exemple). Du coup il y a déjà un retour vers le Superman du « OldDCU »… Qui était à prévoir, en un sens. Mais la rupture thématique est assez marquée et je ne suis pas certain que ceux qui se sont remis à Superman via Action Comics y trouvent leur compte. Superman #1 n’est pas mauvais. Ce n’est pas un titre qui fait fuir ou provoque la polémique. Mais il n’est pas forcément « Super-excitant »… Peut-être faut-il lui laisser le temps de s’installer (par exemple cette histoire d’alien hostile aura forcément des retombées)… A suivre, donc…

[Xavier Fournier]