[FRENCH] Dans un monde qui ne tient pas pour acquise l’existence de Namor le Sub-Mariner une expédition s’est montée pour explorer le fond des océans et tirer au clair les origines de ce mythe. En théorie on pourrait se dire que faire durer le suspens n’est pas chose évidente (le lecteur sait, lui, que Sub-Mariner, dans le contexte de l’histoire, existe). Mais Peter Milligan sait faire monter la tension avec un souci de l’économie, du « non-montré » qui se révèle particulièrement efficace.

Sub-Mariner: The Depths #2 [Marvel] Scénario : Peter Milligan
Dessins : Esad Ribic
Sortie aux USA mercredi prochain (1er octobre 2008)

Milligan gère très bien le « non-vu » dans cette minisérie, à plus forte raison parce que le cadre choisi n’est jamais que les eaux profondes de l’océan et qu’en terme de décors et d’ambiances visuelles le récit ne se réinvente pas une fois toutes les deux pages selon un changement de temps ou de lieux. Et pourtant le scénarise arrive à garder un cadre tout en évitant les pièges de la monotonie. On pouvait par exemple comparer le premier numéro de The Depths à ce qui avait été fait dans le premier épisode du Authority jamais terminé de Morrison. Dans les deux cas tout reposait sur une exploration océanique sans qu’on voie grand-chose avant les dernières cases. De cette comparaison le scénario de Milligan sort vainqueur. Plus encore car il n’est pas évident de surprendre en posant la question de l’existence d’un des plus vieux super-héros existants. A priori le lecteur part du principe qu’il existe bel et bien (remarquez, vu que Marvel Knights se déroule hors continuité on n’est pas à l’abri d’un retournement façon Fight Club). Dans ces conditions faire exister le suspens n’est pas à la portée de tout le monde. Pete Milligan y arrive pourtant.

Niveau graphisme Esad Ribic joue avec les codes et les allusions visuelles pour faire de Sub-Mariner: The Depths un récit relativement intemporel où les marins ont des allures d’échappés de Moby Dick alors que le sous-marin qu’ils occupent semble lui très moderne. C’est un parti pris étonnant quand on se donne la peine de le remarquer mais qui fait de cette histoire un récit sans âge, déjà un peu surréaliste avant même qu’il soit question de créatures amphibiennes. Les deux auteurs se complètent donc à merveille dans cette minisérie où l’atmosphère l’emporte sur le reste. Clairement si vous cherchez un comic-book où le héros combat le super-villain du mois, ce n’est pas ici que ça se passe. Mais Sub-Mariner: The Depths joue dans une autre cour et se lit un peu comme si on regardait « Sub-Mariner, The Movie ». Ce qui fonctionne totalement…

[Xavier Fournier]