Avant-Première VO : Review Secret Warriors #1[FRENCH] Fraîchement sortis vainqueurs de Secret Invasion, les jeunes soldats de Nick Fury pensaient souffler et profiter de voitures volantes façon S.H.I.E.L.D. et de jolies filles. Mais avec Fury, c’est la guerre perpétuelle. Une conspiration vaincue, il y en a toujours une pour prendre sa place. A moins qu’elle ait été là avant, voir depuis le début. La nouvelle série démarre sans laisser de répit ni aux héros ni aux lecteurs…

Secret Warriors #1 [Marvel] Scénario de Brian Michael Bendis & Jonathan Hickman
Dessin de Stefano Caselli
Sortie aux USA le mercredi 4 février 2009

Secret Warriors #1Souvenez-vous : il y a environ un mois Secret Invasion se terminait comme un bonbon acide, avec des airs de Happy End par endroits mais aussi la promulgation d’un nouvel ordre ténébreux. Et dans le même temps Nick Fury mettait un vent à ses ex-amis du S.H.I.E.L.D. et repartir dans la clandestinité avec ses nouvelles recrues. On les retrouve cette fois-ci sous le crayon de Stefano Caselli (ancien dessinateur de Avengers: The Initiative) et… rien n’a changé ou presque. Les Secret Warriors sont toujours les petites mains de Nick Fury. Trop peut-être même car si je veux bien croire que ces personnages étaient d’accord pour suivre aveuglément leur patron borgne histoire de protéger la Terre d’une invasion extra-terrestre, c’est sans doute une autre paire de manches quand il n’y a plus de but clairement défini. A ce sujet Hellfire semble s’imposer comme le vecteur de rébellion dans la bande, étant un peu à lui tout seul ce qu’étaient Ben Grimm et Johnny Storm dans les premiers FF… Ou encore Hawkeye dans les Vengeurs entraînés par Captain America.

Tout ça est au demeurant sympathique et même étonnant en un sens. Tout pouvait faire croire que Nick Fury partirait en guerre contre le H.A.M.M.E.R. mais il s’est trouvé un autre ennemi. Au point d’ailleurs que le macaron « Dark Reign » sur la couverture est sans doute abusif tant la connexion se résume à voir un des Dark Avengers dans une ou deux pages. Non, Fury ne connait pas le repos et est déjà passé à autre chose. Au point d’ailleurs que les scénaristes passent peu de temps à établir leurs personnages et préfèrent se perdre dans des pages de tableurs qui détaillent la cartographie globale de la conspiration. On est un peu dans l’ambiance de ces pages de textes à la fin de Secret War qui m’apparaissaient déjà superflues. Enfin c’est un grand mot, il y a sans doute des ramifications intéressantes qui s’en dégagent mais c’est juste que j’aurais préféré qu’on nous monte les choses plus en détail dans l’histoire plutôt que de les aborder dans des pages de rédactionnel. Je suis aussi curieux que Nick Fury ne tique pas plus sur des passages où, après avoir fait l’effort de rendre sa base secrète et étanche, il est évident qu’un de ses « soldats » utilise une connexion non protégée.

En clair la série déboule comme si Secret Invasion n’avait été qu’un préambule mais si vous espériez en savoir un peu plus sur les Secret Warriors, leurs pouvoirs, leur personnalité (par exemple que ressent Phobos à l’idée d’être dans la clandestinité et donc techniquement un fuyard du régime pour lequel travaille son père ? On ne le saura pas)… Il faudra patienter. Espérons qu’assez vite l’histoire s’intéressera un peu plus aux rapports humains et moins à des organigrammes… Ceci dit la dernière page de l’épisode est intéressante puisque son sens est libre d’interprétation. On verra sans doute la série prendre son rythme de croisière à partir du mois prochain…

[Xavier Fournier]