Avant-Première VO: Review Poe #2[FRENCH] Désespéré par la mort de sa femme, Edgar Poe se retrouve mêlé à une enquête de son frère, qui se trouve être un limier très cartésien. L’ennui c’est que le mystère touche au surnaturel et le plus raisonnable des deux frères aura bien besoin de l’autre pour explorer des choses qui touchent parfois à la superstition. A moins qu’elles ne soient réelles ?

Poe #2 [Boom!] Scénario de J. Barton Mitchell
Dessin de Dean Kotz
Parution aux USA le mercredi 19 août 2009

Poe #2A la fin du numéro précédent les frères Poe avaient la malchance de tomber sur un golem et, fort logiquement, la scène d’ouverture de ce deuxième numéro est occupée par une scène de combat avec la créature monstrueuse, vite rejointe par son maître. J. Barton Mitchell met les petits plats dans les grands pour rattacher l’intrigue à l’œuvre du vrai Poe, en particulier la Chute de la Maison Usher (non, pas le rappeur), avec des allusions répétées au fameux corbeau qui hante également certains écrits du maître. Mais très vite, c’est une action trépidante qui prend les commandes de la série, avec des créatures fantastiques à l’aspect animal, des courses-poursuites à bord de carrosses enflammés qui contiennent des cadavres et ainsi de suite… Tout ça sous les crayons du dessinateur Dean Kotz qui n’est pas sans rappeler un style à la Tom Mandrake ou un Phil Winslade…

J’ai un souvenir partiel de mes lectures d’Edgar Poe mais il me semble que c’était un auteur qui laissait la part belle au « nom vu », qui n’avait pas besoin de montrer ou d’affirmer pour que l’imagination du lecteur s’emballe. Bon, vous me direz (et c’est vrai) que dans un roman il est facile de ne point trop en montrer alors que dans une BD l’existence d’images fait qu’il faut bien en passer par là. Je pense quand même que s’il s’agissait de respecter l’esprit de ce pionnier du Fantastique quelque chose d’un peu plus mesuré aurait été approprié. Là on est quand même plus proche de l’ambiance du film « la Momie ». Cela dit quand on dépasse la question littéraire pour juger le comic-book « Poe » pour ce qu’il, à savoir une BD peine d’action et d’effets spectaculaires, le résultat est quand même très plaisant. Le rythme ne traîne pas et même si les puissances occultes y vont à fond dans le registre « démonstration de pouvoirs », on évite un certain effet « tarte à la crème ». La narration est soutenue et nous garanti un récit dans lequel on n’a pas le temps de s’ennuyer…

[Xavier Fournier]