[FRENCH] Planet of the Apes (« la Planète des Singes« ) revient vers les comics à travers cette nouvelle extension de la continuité des films originaux. Pas d’allusion au reboot de Tim Burton ou au prochain Rise of the Planet of the Apes mais bien quelque chose qui se passe après le cinquième film de la série, après qu’humains et singes soient arrivés à fonder une société commune. Mais bien sur les choses ne vont pas en rester là…

Planet of the Apes #1 [Boom!] Scénario de Daryl Gregory
Dessins de Carlos Magno
Sorti aux USA le mercredi 27 avril 2011

Voilà longtemps qu’on avait pas vu d’aventures originales de Planet of the Apes situées dans l’univers où l’astronaute Taylor est supposé arriver un jour. Pour ceux qui se souviennent des cinq films originaux, « Battle for the Planet of the Apes » s’achevait avec les humains et les singes qui arrivaient à briser le cycle de la violence (et donc également la fin de la boucle temporelle qui aménerait le règne des singes et la fin de la Terre). A partir de cette paix universelle, le scénariste Daryl Gregory s’efforce de lier le début et la fin de la saga cinématographique en montrant, finalement, que la paix est fragile et qu’on ne va pas retarder à tomber sur les vieux antagonismes singes/humains. Ce qui n’est bien sur pas un mal pour l’intensité dramatique de la série, même s’il s’agit surtout, à ce stade, d’un épisode de mise en place.

On verra sur la longueur ce que donneront les personnages à l’usage mais en tout cas, sur ce premier numéro, le dessinateur Carlos Magno nous livre un bel exercice de design, restant à la fois fidèle aux décors des films d’origines tout en ne renonçant pas pour autant à son style. Le résultat est un tantinet steampunk, tout en restant entre les cordes en termes de fidélité à cet univers. On notera aussi que l’artiste prend le soin d’utiliser des postures et des démarches simiesques pour que ses singes ne soient pas trop humains. L’histoire, je le disais il y a quelques lignes, demande à être un peu plus détaillée dans les épisodes à venir mais ce début est intéressant et ne fait spécialement « boulot de commande ». Un démarrage plutôt agréable…

[Xavier Fournier]