[FRENCH] Le troisième épisode de Nola termine, par ses flashbacks, ce que nous avions encore besoin d’apprendre de ses « origines » avant de donner la part belle à sa vengeance et aux méandres de son arbre généalogique, tout ça toujours sur fond de Nouvelle-Orléans ravagée…

Nola #3  [Boom] Scénario de Chris Gorak, Pierluigi Cothran
Dessin de Damian Courceiro
Sortie aux USA le mercredi 20 janvier 2010

« Juste parce que tu t’habille comme une super-héroïne ne veux pas dire que tu en est une » lance un des personnages secondaires à Nola dans ce numéro. Et je dois dire que jusqu’ici je n’avais pas fait le rapprochement, vu le ton plus réaliste, mais il faut bien dire que tout y est. Entendons-nous bien : Je ne veux pas dire que Nola est une émule des super-héros façon Spider-Man mais plutôt de leurs ancêtres, des figures littéraires comme le Fantôme de l’Opéra ou le Comte de Monte-Cristo. D’une tragédie nait une histoire de vengeance, menée par un(e) protagoniste que le reste de la société croyait morte. Jusque-là tout tournait autour de l’accident de voiture qui a privé la jeune femme de son visage mais ce numéro installe un tournant qui montre que les racines du mal sont bien plus anciennes et que tout ça est lié à une affaire remontant des années plus tôt. Du coup, Nola se retrouve à essayer de recomposer les éléments de cette étrange affaire.

Arrivé au troisième épisode, l’affaire est entendue. Si vous aimiez (ou si vous n’aimiez pas) Nola jusque-là, la mini-série ne se réinvente pas d’une page à l’autre et construit plutôt un envoutant récit à tiroir où chaque découverte, qu’on pensait porteuse de réponses, se révèle être une nouvelle question, dans une ambiance très cinématographique. On pense à plein de choses, à plein d’exemples, de genres que Chris Gorak et Pierluigi Cothran ont su synthétiser pour en faire un tout rageur et cohérent.

[Xavier Fournier]