Avant-Première VO : Review Nola #2[FRENCH] Bon, OK, Nola n’a pas de chance. Son petit ami l’a laissé pour morte dans un accident de la route et, quelques semaines plus tard, elle s’accroche avec la police au moment d’entrer dans la ville totalement inondée de la Nouvelle-Orléans. Mais le premier numéro ne nous avait pas tout dit sur les raisons de la rancune de cette héroïne. Elle a des choses à faire payer et nous n’avions vu qu’une partie de la liste…

Nola #2 [Boom!] Scénario de Chris Gorak, Pierluigi Cothran
Dessins de Damian Couceiro
Sortie aux USA le mercredi 16 décembre 2009

Nola #2Défigurée et laissée pour mort, Nola revient pour se venger. Mais les raisons exactes de cette vengeance n’étaient qu’ébauchées dans le premier numéro. Au bout de quelques pages on commence à mieux comprendre les raisons de la colère de cette héroïne obligée de vivre couverte de bandages. Sous ses faux-airs de Painkiller Jane, Nola se révèle au contraire un mélange enragé entre le Fantôme de l’Opéra et la « Bride » de Kill Bill. Par opposition à cette rage, la scène surréaliste de la sortie du coma au milieu d’une ville inondéeoque un peu les films d’horreur façon Resident Evil ou 28 Days Later. Si ce n’est que cette partie forte est finalement basée sur les inondations réelles de la Nouvelle-Orléans. Chris Gorak et Pierluigi Cothran se sont visiblement demandé quelle histoire de revanche pouvait animer un tel décor et ils ont bien trouvé.

Dans le premier numéro, OK, on ne pouvait que compatir au manque de chance de la belle Nola qu’un compagnon peu délicat abandonnait à son triste sort dans l’épave d’une voiture. Et c’est vrai que la police n’était pas vraiment très aimable avec elle. On comprenait que Nola, en retour, ne soit guère plus sympathique. Mais c’était un peu court pour tenir une série. Et bien là ça y est, on entre dans le vif du sujet et la liste des doléances prend forme. Il y a de quoi être en colère et on comprend mieux pourquoi et comment la vedette de la série sort les dents. Le ton de la série est féroce tout en ayant un je ne sais quoi de cinématographique (voici une histoire que je serais curieux de voir à l’écran). Tout ça avec un rebondissement final qui fait que l’héroïne elle-même semble ne pas tout savoir sur sa propre histoire. Nola, la série, s’épice avec ce deuxième numéro et on attend vite la suite…

[Xavier Fournier]