[FRENCH] Voilà des décennies que Silver Star est LE super-soldat américain. Celui qui agît, qui ne reste pas au pays à jouer les super-héros luttant contre des criminels masqués mais qui au contraire frappe partout où sont les adversaires de l’Amérique. Seulement voilà, ce faisant, Silver Star semble avoir délaissé les autres aspects de sa vie et le soldat commence à avoir des envies de retraite…

Kirby Genesis: Silver Star #1 [Dynamite Comics] Scénario de Jai Nitz, Alex Ross
Dessins de Johnny Desjardins
Parution aux USA le mercredi 9 novembre 2011

Comme le titre l’indique, cette série nous permet de retrouver Silver Star, par ailleurs personnage venant s’intégrer dans le cadre global de Kirby Genesis. Sauf qu’ici les événements ne font pas mention de ce qui peut se passer dans la série mère et on serait bien en peine de deviner si Silver Star vient s’insérer avant ou après KG. Si c’est avant, est-ce que la présence de monstres marins est justifiée (sachant qu’on avait l’impression que ce genre de créatures n’apparaissaient qu’au moment de Kirby Genesis #0). Néanmoins Jai Nitz (sous la houlette d’Alex Ross) livre ici un scénario intéressant sur une sorte de super-Captain America avec quelques aspects de Doctor Manhattan. Un héros post-humain un peu arrivé au bout de sa logique et qui commencerait sérieusement à se demander à quoi bon. Dans la série Kirby Genesis Silver Star ne semble pas avoir ce genre de doute mais ici c’est établi de manière assez détaillée. Je ne sais pas trop si c’est un effet de lettrage de dernière minute mais Nitz et Desjardins arrivent à caser une scène d’ouverture en plein Misrata et c’est un effet d’actualité assez intéressant. Souvent les personnages patriotiques restent dans le vague ou arrivent avec un certain délai sur les théâtres de guerre. Là, ce rapport à l’actualité donne un côté très « monde de l’autre côté de la fenêtre ». Le personnage de Dunn me fait un peu penser à Everett Ross (personnage secondaire de la série Black Panther de Christopher Priest), ce qui est plutôt bon signe.

Le scénario peine cependant sur un aspect : les personnages profitant d’une capacité de téléporation, on enchaîne les déplacements les uns après les autres au début de l’épisode. Avec des commentaires-flashbacks qui parlent d’événements passés, ces bonds entre espace et temps semblent parfois superflus et chronophages. Aux dessins Johnny Desjardins fait moins dans la finesse que Jack Herbert (l’artiste de Kirby Genesis) encore qu’on peut se demander si ce n’est pas la mise en couleurs qu’il convient d’incriminer. Il y aurait assurément un progrès à faire sur ce point. Peut-être aussi que la façon presque « banalisée » de nous fourguer un monstre marin mériterait un peu plus de grandeur comme Busiek a su en injecter dans la série centrale. Reste que le côté « super-soldat aspirant à raccrocher les armes » a du potentiel. On verra si Nitz sait tenir les promesses dans les épisodes à venir. Silver Star n’a pas la tenue de KG et en un sens le petit nombre de personnages est presque destabilisant quand on compare à l’autre projet. Mais la série pique la curiosité…

[Xavier Fournier]