Avant-Première VO: Review Invincible Iron Man #12[FRENCH] Dans la continuation de Civil War II, Tony Stark tente de recoller les morceaux de sa vie (et ce n’est pas gagné). Mais voilà qu’arrive une étrange diversion. Il entend parler d’une jeune fille surdouée qui, elle aussi, est assez douée quand il s’agit de construire des armures. Stark va rencontrer pour la première fois une certaine Riri Williams.

Avant-Première VO: Review Invincible Iron Man #12Invincible Iron Man #12 [Marvel Comics] Scénario de Brian Michael Bendis
Dessins de Mike Deodato
Parution aux USA le mercredi 3 août 2016

Voilà un numéro qui commence en nous donnant la singulière impression qu’il se déroule après Civil War II ou en tout cas vers la toute fin. Tony Stark est un homme ruiné, en guerre ouverte avec les Inhumains et qui doit en subir les conséquences. Pourtant, Brian Bendis nous vend assez bien (et en tout cas mieux que dans la série Civil War II à proprement parler, l’idée que Stark est la dernière personne au monde avec qui vous voulez entrer en guerre. La puissance retenue de la scène où le SHIELD le découvre dans les ruines de sa propre entreprise évoque une sorte de dieu vengeur, avec une colère intériorisée. Et le passé de fabricant d’armes de Stark est mentionné fort à propos. Mais rapidement Bendis est repris pas ses démons, l’ellipse et le flashback, et nous faisons deux bons en arrière pour revenir à des éléments antérieurs, qui font suite non pas à CWII mais aux épisodes précédents d’Invincible Iron Man. Stark s’étant fait passer pour mort pendant un temps, il doit regagner la confiance de ceux qui l’entourent. En cours de route, il entend parler d’un personnage qu’on sait important pour l’avenir d’Iron Man, à savoir Riri Williams.

« Some things are just not a good fit. This was one of them. »

Et c’est là que le bât blesse car Bendis et Deodato manquent à la fois de temps et de place pour installer cette nouvelle protagoniste. Rétrospectivement, d’ailleurs, ce n’était pas une bonne idée de l’introduire dans les derniers épisodes pour nous montrer, déjà, son armure. Cela tue la révélation de ce qu’elle cache et ce serait bien plus fort si nous le découvrions en même temps que Stark. Au lieu de cela, ce dernier, pourtant coincé en plein milieu d’une crise personnelle, se prend d’une sorte de sympathie inexplicable avec la jeune fille. Au point qu’un peu plus loin dans l’épisode il l’évoque comme un exemple moral du même tonneau que Rhodes pour lui. Cet emballement me fait un peu penser à celui d’El Diablo dans Suicide Squad, dont je parlais il y a quelques jours. On dirait qu’il suffit de quelques minutes pour que Stark la prenne sous son aile. Sans doute qu’il y a là aussi un flashback que l’on nous ressortira d’ici quelques épisodes. Mais dans l’état, ceci atténue complétement la pertinence de l’apparition de la jeune fille. Cela la banalise, alors qu’elle mériterait d’être mieux « vendue », quand on sait le rôle qu’elle sera amenée à jouer dans l’univers d’Iron Man. Le personnage sera peut-être sympa mais on nous l’amène mal. A l’opposé, Victor Von Doom, pour le peu qu’il apparaît, à tendance à voler le show. Curieux de voir comment ces deux-là vont évoluer mais l’épisode présent est, lui, très inégal.

[Xavier Fournier]