Avant-Première VO : Review Farscape #1[FRENCH] Encore un #1 consacré à Farscape mais celui-là pourrait bien être le dernier « premier numéro » avant longtemps : Farscape revient en effet sous la forme d’une série régulière et mensuelle ! Pour autant ceux qui voudraient débarquer à l’aveuglette dans cet univers auront tout à gagner à lire d’abord les mini-séries précédentes. Car ce redémarrage repose en effet énormément sur les épisodes déjà publiés ces derniers mois…

Farscape #1 [Boom!] Scénario de Rockne S. O’Bannon et Keith DeCandido
Dessins de Will Sliney
Sortie aux USA le 18 novembre 2009

Farscape #1Autant le dire d’office, Farscape #1 n’est pas de ces numéros de lancement où on repart à partir de zéro. Si vous attendiez le lancement du mensuel pour vous y mettre vraiment, vous ne ferez pas l’économie de vous récupérer les recueils contenant les précédentes séries tant Rockne S. O’Bannon et Keith DeCandido construise leur intrigue autour d’éléments dégagés ces derniers mois, que ce soit les étranges particularités du fiston du couple principal ou le curieux voyage dans l’espace-temps de Crichton. Et d’une certaine manière c’est tant mieux car il aurait été dommage qu’on efface les retombés déjà dégagées dans les projets qui ont précédé. Jusque là, l’aspect « mini » avait limité la linéarité de la choses mais on sent déjà qu’avec un titre plus régulier les auteurs vont passer à la vitesse supérieur et faire avancer les choses sans se séparer de la petite touche d’humour qui fait son charme (on notera par exemple qu’un des passagers de Moya a l’air de connaître sur le bout des doigts certaines références remontant aux Atlas Comics des années 50).

Aux dessins Will Sliney apporte beaucoup de cohérence, avec un style qui a l’avantage d’être reconnaissable d’un bout à l’autre de l’épisode. Du coup les personnages ne donnent pas l’impression de changer de visage d’une page à une autre (cela a parfois été le problème sur certains numéros des Farscape précédents). Mais surtout le trait de Sliney ressort assez fort, avec des effets de rendus qui, par endroits, me font un peu penser à ce qu’un Sean Chen peut produire par moment. Les deux artistes construisent de manière différente leurs personnages mais la solidité du trait me parait semblable (et c’est aussi un bon point, là où l’encrage donnait parfois à désirer). Bref, Farscape démarre sur les chapeaux de roues. Je serais même tenté de dire que la série Farscape a démarré depuis des mois et que ce passage en mensuel est avant tout une « officialisation » bienvenue.

[Xavier Fournier]