Avant-Première VO : Review Fantastic Force #1[FRENCH] Apparus dans les pages des Fantastic Four de Millar et Hitch, les ex-New Defenders tentent d’exister par eux-même dans une minisérie d’autant plus originale… qu’on ne sait pratiquement rien (filiations, origines) de la moitié de l’équipe. Mais en un sens, peu importe. Le (double) ressort de l’histoire de Joe Ahearne tient en deux questions : Comment gérer le nouveau destin de l’humanité tout en s’habituant à un monde nouveau où tout est artificiel ?

Fantastic Force #1 [Marvel] Scénario de Joe Ahearne
Dessins de Steve Kurth
Sortie aux USA le 22 avril 2009

Fantastic Force #1L’humanité future a été sauvée… au dépends d’une certaine élite actuelle qui s’était préparé une sorte de Terre de rechange pour quand nous aurions fini de détruire l’éco-système. En clair, les ex-New Defenders (qui, inutile de vous le cacher, se retrouvent effectivement rebaptisés Fantastic Force avant la fin du numéro) se retrouvent les six derniers super-héros de leur monde, les seuls qui peuvent faire preuve d’autorité pour diriger autant que possible la vie de « leur » humanité, installée sur un monde factice où tout est faux. Et d’abord comment manger sur un monde où rien n’est réel, sans éco-ressources propres ? Il y a quelque chose qui se rapprocherait un peu de l’esprit de Philip K. Dick dans la définition de ce monde-là. A partir de là, les petits secrets personnels de la Fantastic Force n’ont que peu d’importance, ce n’est pas tellement leur passé qui nous intéresse mais plutôt les décisions qu’ils sont susceptibles de prendre… ou pas. A ce sujet, le passage où ils discutent de leur nouveau nom est croustillant et ne se prive pas d’un ou deux pieds-de-nez à l’attention de Mark Millar lui-même.

Alyssa Moy, l’ex-petite amie de Mister Fantastic, figure en bonne place dans l’histoire tandis que le fait qu’elle ait offert une terre qui, finalement, ne lui appartenait pas, joue un élément moteur dans l’épisode (mais aussi sans doute dans la minisérie en général). Je suis un peu surpris que parmi la multitude de robots utilisés dans le récit on ne revoie pas « CAP », autre invention de Millar et Hitch qui serait ici particulièrement à sa place ici. Globalement le concept de base de Fantastic Force est intéressant et le dessin de Steve Kurth – qui ne prétend pas être Bryan Hitch – entretient une certaine forme de « scénographie » commune avec les épisodes où nous avons déjà vu ces personnages. La tonalité est donc respectée et on est donc dans un vrai dérivé. Tout dépend ensuite du fait que vous ayez apprécié ou pas les premières apparitions des New Defenders… Mais ca commence plutôt bien et sur ce monde nouveau, tout est possible d’ici le dernier épisode de la mini. A surveiller, donc.

[Xavier Fournier]