Avant-Première VO : Review Dead Run #4[FRENCH] Suite et fin de la mini-série Dead Run. On serait tenté de dire que c’est le bout de la route… Mais voici un projet qu’on regrette de voir déjà arriver à terme, surtout dans le cadre d’un unique épisode, obligé de concentrer beaucoup d’éléments dans quelques pages. On ne peut certainement pas accuser Dead Run de faire dans la narration hyper-compressée…

Dead Run #4 [Boom!] Scénario de Andrew Cosby, Michael Alan Nelson
Dessins de Francesco Biagini
Sortie américaine le mercredi 2 septembre 2009

Dead Run #4Nous avions laissé les deux héros de Dead Run dans une sorte de cul-de-sac radioactif, poursuivis par ce qu’on pourrait qualifier de « mutants de la zone interdite » et avec en plus une seule combinaison anti-radiation à se partager. Et bien dans les premières pages de ce quatrième numéro le scénario arrive encore à compliquer la chose, avec une tuile de plus qui tombe sur les protagonistes. Et pourtant en une vingtaine de pages les auteurs arrivent – sans doute un peu contraints et forcés – à mener Dead Run à sa conclusion. Autant dire qu’on ne prend pas la peine de rouler au pas pour regarder le paysage. Dommage, car la chose aurait sans doute été mieux menée avec deux épisodes de plus. Dans l’état, on a un peu l’impression d’une précipitation forcenée… Encore que cet effet est sans doute plus tangible quand on lit la série au rythme des fascicules. Les futurs lecteurs du TPB devraient être moins gênés par cette précipitation.

Que dire de la fin ? Qu’elle ne correspond pas à ce que j’attendais (ce qui n’est pas une mauvaise chose, dans le cas contraire j’aurais dis que c’était convenu et que je l’avais vu venir). En fin de compte Dead Run n’est pas tellement l’histoire d’une course folle à travers une autoroute post-apocalyptique mais se recentre bien sur ses deux protagonistes principaux, avec une fin ouverte qui laisse espérer (mais sans trop y croire non plus) qu’on pourrait voir un jour une suite. Une fin rapide et précipitée ? Certes mais n’empêche que du Dead Run en série régulière m’irait tout à fait !

[Xavier Fournier]