Avant-Première VO : Review Cthulhu Tales #10[FRENCH] Des hauts et des bas dans ce numéro, avec un premier segment qui s’égare quelque peu mais qui laisse la place à une autre histoire bien plus originale. Jeff Lester fait en effet la comparaison entre l’adoration des rockstars et celle des Anciens. C’est une approche qu’on ne trouvait certes pas dans les récits de Lovecraft mais l’angle est à la fois drôle et neuf.

Cthulhu Tales #10 [Boom!] Scénario de Jeff Lester, Mark Rahner, Michael Alan Nelson
Dessin de Chee, Unai, Aritz Eiguren
Sortie aux USA mercredi prochain (7 janvier 2009)

Cthulhu Tales #10On commence avec une histoire signée Mark Rahner (scénario) & Unai (dessins), sur un inspecteur des services de l’enfance qui tente de sauver un enfant apparemment manipulé par des adorateurs de Cthulhu. Ce qui frappe dès les toutes premières cases c’est une « colorisation à la louche » qui noie le dessin sous des teintes qui font un peu trop « plastique » pour instaurer une réelle ambiance. Vers la fin c’est l’histoire qui se désagrège pour finalement ne plus dire grand chose ou laisser la place à tellement d’interprétations opposées qu’on n’a pas la sensation d’une chute… Ou en tout cas pas avant de tomber sur l’histoire suivante, qui elle utilise un style radicalement différent.

Car le morceau de résistance de ce numéro intervient dans la seconde partie du fascicule. D’abord, après les pages trop colorées qui ont précédé, le choix des grisés du dessinateur Chee s’avère particulièrement judicieux. Et gonflé: en général les petits éditeurs qui ont les moyens de se payer la couleur évitent les passages en noir et blanc de peur qu’on les confonde avec des revues à petit budget, voir des fanzines. Là, cette rupture est bienvenue d’autant plus que le scénariste Jeff Lester raconte une histoire qui est totalement différente de ce que le magazine a pu nous proposer en dix numéros. Cthulhu y est une… rockstar attendant son avion dans un aéroport et tempêtant avec Nyarlathotep de l’incompétence de leur imprésario. Faudrait-il faire leur grand retour et reformer le groupe qui a fait leur gloire ? Le retour des Anciens (maintes fois annoncé dans les écrits lovecraftiens) y est présenté comme la possible résurrection d’un groupe à la Beatles…

La troisième et dernière histoire du numéro est plus complexe à cerner puisqu’elle est en plusieurs parties (et sera donc à suivre dans l’épisode suivant). Difficile de juger d’un récit sans l’avoir dans la globalité mais on y voit la découverte d’un cerveau flottant dans un bocal depuis des années. Difficile d’être certain que le scénariste (Michael Alan Nelson) fait allusion ou pas à un cerveau similaire vu à la fin de la récente minisérie Necronomicon. S’agit-il d’une suite ? Du même cerveau ou d’un autre qui aurait vécu un destin similaire. A ce stade on est sur de rien mais je dois avouer que ce début d’histoire, dessiné par Aritz Eiguren, a piqué mon intérêt. 2/3 sur l’ensemble du numéro ce n’est finalement pas si mal et l’idée de Jeff Lester sort assez des habitudes pour justifier la lecture de Cthulhu Tales #10… Pour celle de Michael Alan Nelson, on attendra d’en voir plus. Quand au premier « sketch » il fait un peu remplissage et aurait mérité de se retrouver plutôt en fin de numéro…

[Xavier Fournier]