[FRENCH] Après quelques semaines où il n’occupait pas vraiment le devant de la scène, c’est au tour du Martian Manhunter de clamer le spotlight quitte, peut-être, à incinérer la forêt de Star City. Mais un certain Green Arrow ne l’entend pas de cette oreille tandis qu’ailleurs plusieurs adversaires d’un de nos héros complotent…

Brightest Day #9 (DC Comics)
Scénario de Geoff Johns & Peter Tomasi
Dessins de Patrick Gleason, Ivan Reis, Joe Prado
sortie aux USA le 1er septembre 2010

Le Martian Manhunter est sans doute l’un des héros qui occupent le moins le haut de l’affiche depuis le début de Brightest Day. Il est donc ironique de le voir en tandem cette semaine avec un héros qui, en dehors des douze « ex-Black Lanterns, mériterait sans doute le plus d’avoir sa place dans la maxi-série. Green Arrow, le gardien de la forêt créée par la White Lantern a en effet tout sa place dans les événements. Pourtant tout ça peine un peu à imposer le martien préféré de DC Comics, qui semble hésitant et enchaîner quête après quête (aller sur Terre, sauver Miss Martian, aller à Star City). Non pas que les autres héros soient forcément plus maîtres de leur destin mais dans la plupart des cas il y a quand même une certaine forme de détermination. J’onn me semblait autrement plus ambitieux quand il parlait de « Terraformer » (devrait-on dire « Marsformer » ?) sa planète d’origine pour la rendre à nouveau habitable (mais par qui ?). Il avait un but, une tâche… Et ces derniers temps, à comparer, c’est un peu comme s’il faisait la liste des courses. Un Aquaman ou un Deadman génèrent plus d’intérêt… Pourtant certaines des phrases du martien décochées à l’archer sont assez bien trouvées, soulignant leur différence de philosophie.

Peut-être aussi que ce qui pêche dans l’intrigue du Manhunter est la personnalité assez caricaturale de son adversaire. Non pas qu’on ait beaucoup plus d’intimité avec les ennemis d’Aquaman mais là aussi eux participent à une trame plus musclée. L’intervention de plusieurs d’entre eux vers la fin de l’épisode remet quelques cents dans la machine. Sans parler de l’importance grandissante d’un certain futur Aqualad… Peut-être que l’épisode aurait profité d’une ou deux pages pour nous tenir au courant des déboires d’Hawkman et Hawkgirl au lieu d’un peu trop d’un transmorphe hurlant dans les bois. Mais en même temps il faut être honnête, dans ce cas j’aurais sans doute reproché qu’on n’en voyait pas assez sur le héros martien. Brightest Day #9 n’est pas le numéro le plus époustouflant de la série mais l’histoire progresse…

[Xavier Fournier]