Avant-Première VO: Review All-New X-Men #14[FRENCH] Mystique et ses comparses en ont trop fait pour ruiner la réputation des X-Men (qu’ils soient membres de la première équipe ou pas). Du coup Wolverine ne discute plus. Il part à la chasse à la Brotherhood en utilisant les seuls X-Men qu’il a sous la main, à savoir Kitty Pryde et quatre mutants échoués dans le temps… qui n’ont pratiquement pas d’expérience au combat ?

Avant-Première VO: Review All-New X-Men #14All-New X-Men #14 [Marvel Comics] Scénario de Brian Michael Bendis
Dessin de Stuart Immonen
Parution aux USA le mercredi 17 juillet 2013

Bon, commençons par le début. Tous ceux qui, à la fin du dernier numéro ont cru que la scène de Jean Grey se transformant en Phoenix était une projection de Lady Mastermind peuvent… souffler. Ce n’est pas ça. Enfin pas tout à fait. Brian Michael Bendis joue assez justement avec le principe de personnages qui défient la réalité à plus d’un titre et les combats entre les deux factions mutantes comportent leurs petits rebondissements, rythment bien l’épisode. Et la réaction globale c’est… It’s about time. OK d’accord on pourra toujours trouver ridicule que Wolverine parte au pas de charge accompagné seulement de jeunes mutants inexpérimentés (à plus forte raison parce que ne pas sacrifier les jeunes est à la base du schisme qui l’a opposé à Cyclops). Mais d’un côté il a déjà fait pire et de l’autre, le sentiment qui l’emporte c’est que, mince, ce sont quatre des X-Men originaux et qu’il ne faut pas tenter de leur faire à l’envers. Oui, j’ai tiqué un peu en voyant Jean Grey capable de prendre le dessus physiquement sur Mystique à un moment du combat mais, clairement, comme le disent plus tard d’autres persos, ce sont les X-Men originaux. Si leurs homologues adultes ont duré des années, c’est bien parce que ces jeunes pousses étaient endurantes.

Plus largement c’est sympathique de voir les jeunes héros de la série qui, le temps de cette mission, oublient leurs doutes et leurs remises en question. Le naturel reprend le dessus et on retrouve bien le noyau dur de ce qui est devenu par la suite l’académie du Professeur Xavier. Cette combativité et cette détermination sont là pour souligner qu’il ne s’agît pas simplement de quelques paumés à travers le temps. Rien qui change la face du monde mais en tout cas des personnages qui, comme leurs auteurs, sont habités d’un bel élan. Un petit boost bien venu au moment où on pouvait craindre que les All-New X-Men allaient passer le reste de leur vie à geindre sur leur destinée.

[Xavier Fournier]