Avant-Première VO : Mighty Avengers #25[FRENCH] C’est la grosse tuile chez les Mighty Avengers alors que leur super Q.G. part en pièces et qu’il faut absolument le sauver. La solution ? Demander à Mister Fantastic de rendre un gadget qu’on lui avait prêté. L’ennui c’est que Hank Pym et Reed Richards ont d’autres choses à débattre et que les relations entre les deux équipes s’annonçent tumultueuses…

Mighty Avengers #25 [Marvel] Scénario de Dan Slott
Dessin de Stephen Segovia
Sortie américaine le 3 juin 2009

Mighty Avengers #25Je suis en général assez client des écrits de Dan Slott mais là non, franchement non… Soit il avait la tête ailleurs, plongée dans le script d’un Amazing Spider-Man soit les Mighty Avengers, de dehors d’un assemblage de personnages sympathiques, ce n’est pas son truc. Car le scénario de toute la première moitié de l’épisode a l’épaisseur d’un cheveu, avec le Q.G. des Vengeurs qui, en gros, n’est plus bon qu’à mettre à la poubelle sur une simple décision arbitraire et inexpliquée. Pire encore, deux membres décident d’aller ailleurs remplir une mission comme si de rien n’était et le reste du groupe ? Plutôt que de sortir de l’endroit condamné, ils restent à l’intérieur en espérant ne pas y laisser la vie. Une belle équipe de bras cassés, de l’illogisme une phrase sur trois et donc un début d’épisode qui laisse comme un goût dans la tête, l’impression de quelque chose de pas fini, malgré les efforts du dessinateur Stephen Segovia pour représenter les choses de manière dynamique.

Après ? Passé la moitié de l’épisode les choses s’arrangent sur le plan scénaristique puis qu’on entre dans le vif du sujet. Pour régler le problème dont on n’a toujours pas justifié l’existence, Hank Pym a l’idée de se tourner vers un autre cerveau de l’univers Marvel, à savoir Reed Richards, le leader des Fantastic Four. Car ce numéro démarre Mighty/Fantastic, une confrontation entre les deux équipes. Sur le principe, ouf, les choses sont quand même mieux argumentées que le début saumâtre. Si Pym a déjà eu l’occasion de dire à Iron Man tout le mal qu’il pensait de sa gestion des choses, il n’a encore pu en discuter avec Mister Fantastic. Un Mister Fantastic qui s’en était d’ailleurs pas trop mal tiré à la fin de Civil War, récupérant Femme et enfants avec un simple « je m’excuse, maintenant parlons d’autres choses ». Bref, la demande d’aide ne va pas forcément prendre la tournure conventionnelle. Cette seconde moitié serait plus sympathique si Slott ne continuait pas d’écrire Pym comme si le scientifique était survolté et prêt à tirer au premier prétexte. Une bonne partie des personnages agissent « out of character » (sauf Stature et Amadeus) et vont au casse-pipe sans demander d’alternative, sans y mettre les formes. Donc sur le principe de cette confrontation FF/Mighty Avengers, oui, peut-être qu’on verra des choses intéressantes d’ici la fin de l’arc (j’ai bien aimé le déguisement d’Hercules) mais dieu que ce démarrage est laborieux et mal fichu…

[Xavier Fournier]