Un repas réunissant Batman, Wonder Woman et la famille de Superman à rapidement dégénéré puisque les trois super-héros se retrouvent confrontés à Jonathan Kent, supposé être mort depuis des années. Mais les choses s’accélèrent et les trois héros se demandent alors s’ils ne sont pas en train de modifier le passé. Et si oui, le passé de quel Superman ? Celui du reboot de 2011 ou l’actuel ? La vérité est ailleurs…

Avant-Première VO: Review Trinity #2Trinity #2 [DC Comics]
Scénario de Francis Manapul
Dessins de Francis Manapul
Parution aux USA le mercredi 19 septembre 2016

La brusque confrontation, inexplicable, entre Batman, Superman, Wonder Woman d’un côté et Jonathan Kent et son fils (le jeune Clark) d’un autre a des retombées catastrophiques alors que le père Kent s’écroule, victime d’un malaise. La présence des trois super-héros dans cette scène rattachée au passé est-elle en train de faire de Superman un orphelin plus vite qu’il devait l’être ? C’est le préambule des premières pages, tandis que les trois super-héros se demandent ce qu’ils doivent faire. Est-ce qu’en intervenant ils vont encore plus changer le passé ? Ou bien au contraire s’ils restent inactifs est-ce que leur responsabilité sera engagée. Avant l’histoire (qui progresse, mais à petite vitesse), c’est bien la narration de Manapul qui fait le show. L’artiste a déjà plusieurs fois évoqué Smallville dans des projets passés et il est à l’aise dans cette ambiance, produisant des pages de toute beauté alors que, sur la plus grande partie de l’épisode, des personnages comme Batman et Wonder Woman sont surtout au repos, discutant de ce qui leur arrive. Et pourtant c’est dynamique. Il y a des décors, de l’atmosphère. C’est tout sauf vide.

« It’s possible it’s not a matter of when but rather where. »

Il est intéressant de noter que Manapul, le scénarise, ne reste pas fixé sur le seul trio de tête de la série et conserve aussi une place pour le petit Jon Kent, ne se limitant pas du tout à la promesse de la couverture. On le dit plus haut, l’histoire progresse sans se forcer, les héros explorant surtout leur environnement. Et puis vient la fin, le moment où on officialise ce qui se passe, quelle est la situation, avec l’apparition d’une menace qui semble bien reprendre son look classique, qu’elle n’a pas vraiment eut depuis des années (là aussi, c’est l’effet Rebirth sans doute). Trinity #2 est un épisode d’exposition, où l’on pose les bases de la problématique. Il ne fait pas de doute que l’auteur va accélérer les choses maintenant que la responsable est là… En tout cas c’est superbe…

[Xavier Fournier]