Avant-Première VO: Review Invincible Iron Man #1

13 novembre 2016 Non Par Xavier Fournier

Suite à Civil War II (qui n’est toujours pas fini mais bon…), le rôle d’Iron Man est libre. La jeune Riri Williams semble bien placée pour prendre la relève. Mais elle a deux problèmes. D’abord, à l’intérieur du récit, elle ne dispose d’aucune intelligence artificielle qui lui permettrait de perfectionner sa propre armure. Et puis, à l’extérieur, il faut dire aussi que c’est un personnage qu’on a à peine croisé dans quatre scènes, sans vraiment faire connaissance. La lacune est ici comblée…

Invincible Iron Man #1 [Marvel Comics]
Scénario de Brian Michael Bendis
Dessins de Stefano Caselli
Parution aux USA le mercredi 9 novembre 2016

Mais au fait ! Qui est Riri Williams ? Cela fait quelques mois que Brian Michael Bendis l’a glissée dans les pages de la précédente série Invincible Iron Man, qu’il l’a même injectée dans les scènes de combat de Civil War II, que Tony Stark lui-même est totalement admiratif de la jeune fille… Et qu’on ne sait pratiquement rien sur elle, si ce n’est qu’elle est douée pour fabriquer des armures. Tout ce qui constitue un personnage (son origine, ses motivations…) a jusqu’ici été passé sous silence, laissant aux haters tout l’espace nécessaire pour en déduire qu’elle ne mérite pas le rôle annoncé pour elle et aux « pro » bien peu d’élément auxquels se raccrocher pour sympathiser avec elle. Riri Williams était un non-personnage avant ce numéro et, enfin, on daigne nous la présenter. Et c’est plutôt pas mal. Car au-delà de la fille géniale, douée en électronique, Bendis et Caselli nous dresse un portrait poignant de Riri, avec une tragédie familiale à la base. Avant d’être une remplaçante de Tony Stark, elle porte, en elle, des ingrédients qui renvoient aussi bien à Peter Parker qu’à Frank Castle.

« I was just getting over the fact that he even knew my name! »

Attention cependant : Les retombées de Secret Wars « 2015 » n’avaient pas attendues la fin du Secret Wars en question pour se faire sentir, c’est un fait. Mais la chose n’était pas allée jusqu’à spoiler le sort des Fantastic Four. Infamous Iron Man #1 avait déjà semblé nous en dire beaucoup sur ce qui arrive à Tony Stark à l’issue de Civil War II (dont on est encore à plusieurs épisodes de la fin). Mais alors niveau spoilers à ce sujet, Invincible Iron Man #1 c’est le festival. On peut comprendre que, gêné par le retard pris par le crossover, Marvel soit obligé de sortir sa suite consacrée à Iron Man sans attendre. Mais peut-être aurait-il mieux valu glisser ici une minisérie ou quelques one-shots annexes. Là, quand même, l’effet est de nous rendre presque dispensable la lecture de Civil War II. Pas tout à fait, bien sûr, puisqu’il reste à apprendre « la raison du pourquoi », mais symboliquement cela fait quand même l’impression d’un but que Marvel marquerait contre son camp. L’éditeur semble d’ailleurs tellement pressé d’en raconter sur le personnage, que la couverture nous montre une armure et un nom de code qui ne sont absolument pas utilisés dans l’épisode. Ou comment mettre la charrue avant les bœufs, jusqu’au bout. Quand bien même, pour qui a lu Infamous Iron Man #1, quand Riri se met à se lamenter sur son manque d’une intelligence artificielle, ce qui va se passer est assez prévisible ou tout au moins attendu. Et pourtant Riri Williams sort de cet épisode de présentation comme un personnage pour lequel on peut vraiment avoir de l’empathie, avec bien des éléments de la recette Marvel du Silver Age. Un démarrage plutôt sympa. Mais il faudrait que Bendis arrête de nous raconter les choses avant qu’elles arrivent.

[Xavier Fournier]