Introduit dans la bat-mythologie depuis les débuts des New 52, Duke Thomas se hisse à un nouveau niveau. Si on avait pu le suivre dans We Are Robin ou même dans All-Star Batman dans son nouveau costume mais sans nom de code, le voici qui assume son rôle du Signal, nouveau membre à part entière de la Bat-Famille, quand bien même c’est seulement pour une minisérie…

Batman And The Signal #1Batman And The Signal #1 [DC Comics]
Scénario de Scott Snyder & Tony Patrick
Dessins de Cully Hammer
Parution aux USA le mercredi 3 janvier 2018

Bien que le titre claironne l’association avec Batman et le lien avec le crossover Metal, ne nous y trompons pas. Batman And The Signal est tout simplement le premier titre solo consacré à Duke, alors qu’il vient de se découvrir des pouvoirs qu’il ne s’explique pas et qu’il vient juste, enfin, de décider de son identité finale du Signal. L’idée de fond peut sembler caricaturale. Dès les premières cases les scénaristes avouent à voix haute qu’il y a déjà « trop de bat-personnages » et trouvent un semblant de solution en martelant que les « bats » ne sortent que la nuit (si c’était le cas les criminels de Gotham n’auraient qu’à frapper seulement le jour). Par conséquent The Signal (Duke) est un peu présenté comme « l’équipe de jour » de Batman. Plus simplement, cela allait tout aussi bien de s’en tenir aux nouveaux pouvoirs lumineux du jeune héros qui, forcément, la nuit, ne sont pas aussi utiles. Ce qui est finalement une mini-série de trois épisodes commence surtout par une intrigue qui semble lier la nature de Duke à un gang de super-malfrats, avec comme un petit parfum de « Dial For H.E.R.O. »

« We were all Robins, but at the end of the day, you’re the one who gratuated. »

Même si Batman fait une courte apparition en mode « mentor », c’est bien le show du Signal. Mais dans le même temps trois épisodes pour amorcer des réponses, il y a des chances que cela soit un peu court. Pour l’instant le projet vaut surtout pour les dessins du trop rare Cully Hammer (Red, Blue Beetle). Il donne à l’univers diurne de The Signal une personnalité propre et nerveuse sans être anxiogène. Duke est à la fois un pragmatique et un optimiste. Il fait avec la donne qu’il a, même si des choses horribles sont arrivé à ses parents. C’est effectivement un « bat-héros » de plus mais celui-ci écrit ses propres règles. Si l’on peut déjà regretter que la série soit courte, c’est que le personnage, lui, est attachant.

[Xavier Fournier]