Un chapitre atypique de Before Dead No More cette semaine puisque Spider-Man n’y apparaît que de manière anecdotique mais que cette fois même les machinations du Jackal ne sont pas directement abordée. Non, l’épisode utilise un angle tout autre mais pas dénué d’intérêt puisqu’il s’agit de s’intéresser au sort d’un certain… Doctor Octopus.

Avant-Première VO: Review Amazing Spider-Man #18Amazing Spider-Man #18 [Marvel Comics]
Scénario de Dan Slott
Dessins de R.B. Silva
Parution aux USA le mercredi 21 septembre 2016

Comment Otto Octavius s’est-il débrouillé pour sauver sa conscience ? Pour les lecteurs les plus attentifs, l’explication était glissée à la fin de Spider-Verse mais les premières scènes de ce numéro s’assurent que tout le monde est à niveau, avant d’aborder le sujet du jour : la résurrection – ou tout au moins la résurrection voulue – du Docteur Octopus. Car ce n’est pas le tout d’avoir sauvé son esprit, il faut aussi avoir un corps et celui qu’il occupe pour l’instant n’est guère comfortable. Avec une conspiration à base de clones, on peut se dire à l’avance que cela ne sera compliqué et pourtant cet épisode nous montre que c’est moins évident que celà. Sans parler d’un autre niveau de difficulté non abordé pour l’instant, qui est que ce cher Otto n’a pas l’ombre d’une séquence ADN pour reconstituer le corps qu’il veut (son cavadre originel ayant été volé pendant la série Superior Spider-Man). Octopus passe donc plusieurs solutions en revue, non sans manipuler certains pions, mais il se rend compte au passage que les choses ne vont pas toujours dans le sens qu’il voudrait.

« Everything is falling apart. I.. I must fix this! I need a new plan! »

R.B. Silva donne des dessins assez élégants et place des cases parfois éclatées, anguleuses, qui dans d’autres cas seraient peu appropriées mais qui ici servent bien à montrer la panique graduelle d’Otto à mesure que ses options s’amenuisent. Une chose que je n’ai guère compris, par contre, c’est l’interaction de l’Octobot avec le Living Brain. Tel qu’on nous l’explique il sert à télécharger mais n’a pas de présence physique dans le Living Brain (jolie ironie, d’ailleurs, de coincer cet esprit désincarné dans un « cerveau vivant »). Mais, bien plus tard, on le revoit et on peut se demander où il était passé (pas à l’intérieur du « Brain » sinon Parker l’aurait aperçu). Globalement, en mettant Octopus dans une situation encore plus désespérée, Dan Slott multiplie aussi les choix. Et les images de couvertures qui laissaient entendre le retour à la normale d’Octopus ne sont peut-être que des leurres, alors qu’il existe d’autres possibilités. Le retour du docteur ne sera pas forcément aussi prévisible qu’on pouvait le croire. Reponse, sans doute, dans Dead No More proprement dit.

[Xavier Fournier]