En ces temps troublés pour les comics (la distribution et la production sont désormais mis en pause à cause de l’épidémie du COVID-19) nous initions une sorte de rubrique ou de « journal ». Que deviennent les auteurs de comics pendant ce temps-là ? En quoi sont-ils impactés par la crise et quelles sont leurs perspectives ? Certains sont pessimistes et d’autres c’est tout le contraire : Le premier à nous avoir répondu est le dessinateur brésilien Mike Deodato Jr. (Avengers, Thanos, Berserker Unbound…) qui se trouve, bien malgré lui, avoir anticipé les événements dans sa nouvelle série, The Resistance.

Interview Mike DeodatoComic Box : Premièrement, comme nous allons croiser des artistes dans des positions très différentes (les conditions de confinement ne sont pas les mêmes selon les pays), pourriez-vous nous dire quel est votre quotidien et dans quelles conditions vous évoluez en ce moment.

Mike Deodato Jr. : C’est le confinement, oui, mais pour être honnête ça n’a pas changé grand-chose pour moi excepté que je ne sors plus pour aller à la salle de sport ou pour voir mon oculiste. J’ai vécu pratiquement toute ma vie à la maison, où je dessine. Donc je suis habitué à être « en isolation ».

CB : La semaine dernière vous vous être retrouvé dans une situation très étrange avec la sortie aux USA de The Resistance #1 (scénariste par J. Michael Straczynski), pour le nouvel éditeur AWA Comics (piloté par Bill Jemas et Axel Alonso, deux anciens de Marvel). Ce premier numéro décrit dans le détail comment une épidémie meurtrière force la population à éviter tout contact, à se confiner. Quand vous dessiniez ces planches s’était encore de la Science-Fiction mais le temps que cela sorte de l’imprimerie c’était devenu notre réalité.

MD : C’est une coïncidence aussi étrange que malheureuse. Bien entendu ça se résume à ça. Mais c’est par ailleurs un très chouette titre et j’espère vraiment que ces points communs ne vont pas effrayer les gens au point qu’ils n’aient pas envie de lire.

Interview Mike DeodatoCB : Il se trouve que The Resistance et le reste des premiers titres AWA sont sortis mercredi dernier, à une époque où une bonne partie des comics shops américains étaient déjà fermés. Et depuis l’essentiel de la chaine des comics s’est figée. Vous pensez que ça peut compliquer l’avenir de ce nouvel éditeur ?

MD : Je n’y crois pas. Ça passera. Cette industrie va s’en tirer. On a traversé pire à d’autres époques.

CB : Parlons plus spécifiquement de vous. Que faites-vous à l’instant ? Vous continuez de travailler sur des comics à venir où bien vous avez lâché le crayon ?

MD : Je travaille à la même cadence que d’habitude. Là, précisément, je suis en train de dessiner la quinzième page de Bad Mother #3. C’est un autre titre génial d’AWA Comics. C’est écrit par Christa Faust, une écrivaine américaine de polar, plusieurs fois primées.

CB : Comment comptez-vous utiliser cette période de confinement ? Est-ce que vous cherchez des alternatives au travail pour le marché américain ?

MD : Je préfère me concentrer sur mes titres pour AWA. Les seules pauses que je m’accorde viennent du fait que je ne plus aller à la salle de gym. Alors je m’entraîne désormais à la maison.

Interview Mike DeodatoCB : Avec la distribution américaine en pause, est-ce que vous pensez prendre de l’avance sur vos projets en cours ou bien en profiter pour glisser un petit « creator-owned » en plus dans votre pile de travail ?

MD : J’ai beaucoup de travail qui m’attends chez AWA. Si j’étais assez rapide je pourrais même travailler sur deux projets en simultané. Là, je devrais avoir fini de dessiner Bad Mother d’ici juin. Après ça je vais commencer de travailler sur le deuxième arc de Berserker Unbound (la série barbare qu’il publie avec Jeff Lemire chez Dark Horse Comics, NDLR). Et encore après ça je compte bien revenir bosser sur d’autres projets chez AWA.

CB : Le contexte actuel a aussi vu l’annulation ou le report de nombreuses conventions à travers le monde. Beaucoup d’artistes comptaient économiquement sur ces rendez-vous, par exemple pour vendre des dessins. Est-ce votre cas ?

MD : Non, pas en ce qui me concerne. En fait je dois dire que je me fais tout simplement plus d’argent en restant travailler à la maison. Mais à côté de ça, j’adore aller dans les conventions. J’adore être au contact des fans et voyager dans des endroits très différents. Et ça, c’est ce qui me manque.

CB : Du coup quelle est votre position actuelle. A l’évidence vous n’avez pas besoin de compenser mais est-ce que vous prenez des commandes de « art commissions », est-ce que vous produisez des prints ?

Interview Mike DeodatoMD : Je ne prends plus de commandes pour des « commissions » parce que je préfère me concentrer sur ma carrière et mes titres « creator-owned » post-Marvel. Et je dois dire que jusqu’ici c’est très excitant. En revanche j’ai maintenant un site mikedeodatostore.com, où les fans peuvent trouver des comics dédicacés et même quelques pages originales. Mon conseil pour les lecteurs mais aussi les pros, c’est de rester chez vous et de continuer de lire ou de produire des comics. Cette pandémie finira par passer. Les comics, eux, sont là pour durer !

[Xavier Fournier]

(nos remerciements à Mike Deodato Jr.)

Sa page Facebook

Son Twitter ICI

Son site ICI