French Collection #314[FRENCH] Cette semaine, nous allons évoquer deux personnages que nous avons évoqué de manière élusive dans une de nos précédentes chroniques dans le cadre d’une longue série que nous allons maintenant clore. Comme nous l’avons vu dans French Collection #310, The Baron Heinrich Zemo a recruté une première version de The Masters of Evil (Les maîtres du mal en français) avant d’être défait par The Avengers. Zemo qui a réussi à s’enfuir est rejoint par The Echanteress [Amora] & The Executioner [Skurge] comme nous l’avons déjà évoqué dans notre chronique. Malgré l’aide de ses deux Asgardians, cette deuxième version de The Masters of Evil sera une nouvelle fois vaincue et ne devra son salut qu’à The Echanteress [Amora] qui les sauve de l’espace entre deux dimensions ou les avait envoyé Thor [Don Blake].

French Collection #314

Une fois revenu sur Terre, le trio d’alliés décide d’attaquer une nouvelle fois leur Némésis en ne se fiant pas une nouvelle fois à leur force brute mais aux compétences scientifiques de Zemo et à ma ruse. The Echanteress [Amora] se rend au tribunal ou Simon Williams, un jeune entrepreneur vient de plaider coupable pour escroquerie après avoir en vain poursuivi Tony Stark pour des contentieux sur des brevets. Après avoir payé sa caution, The Echanteress [Amora] lui propose de se venger de son concurrent. Une fois amené au repaire de Zemo en Amérique latine, Williams est soumis à un traitement basé sur des rayons ionisant qui lui confère une force capable de rivaliser avec The Executioner [Skurge].

Sa peau est également impénétrable aux balles de petits calibres et Zemo lui procure un costume spécial disposant de fusées miniaturisées capable de le faire voler. Zemo souhaite qu’il infiltre sous le nom de Wonder Man l’équipe des Avengers afin de les trahir au pire des moments afin de leur donner l’avantage. The Executioner [Skurge] s’inquiète néanmoins de la loyauté de leur nouvel allié maintenant qu’il possède des superpouvoirs. Mais Zemo le rassure en expliquant à Wonder Man que le traitement qu’il a subi est mortel sauf si un sérum que seul Zemo est capable de fabriquer lui est administré toutes les semaines. The Masters of Evil mettent alors leur plan à exécution et attaque une banque à New York. The Avengers sont prévenus comme ils l’avaient prévu et alors que le combat fait rage, Wonder Man [Simon Williams] surgit pour les aider. Malgré son intervention et comme prévu, ses trois alliés s’échappent pour le laisser avec ceux qu’il doit convaincre de l’intégrer dans l’équipe.

French Collection #314Mais l’équipe est suspicieuse et ce n’est que grâce à l’intervention de The Echanteress [Amora] qui implante dans l’esprit de Captain America [Steve Rogers] que Wonder Man [Simon Williams] que ses membres acceptent de l’aider. Comme leur plan le prévoyait, Wonder Man [Simon Williams] retourne dans le repaire de Zemo et alerte ses « nouveaux partenaires » de sa capture et de celle de The Wasp [Janet van Dyne]. Alors que les membres masculins de l’équipe se lancent à l’assaut du repaire, Wonder Man [Simon Williams] se retourne contre eux en neutralisant d’entrée Thor [Don Blake]. Il neutralise ensuite Giant-Man [Hank Pym] puis occupe suffisamment Iron Man [Tony Stark] pour que le reste des Masters of Evil abatte le reste des Avengers. Mais après avoir vaincu ses adversaires, Zemo demande à Wonder Man [Simon Williams] de les tuer.

Révolté et pris de remords vis-à-vis de ceux qui l’avaient accueillis et tenter de le sauver de la dégénérescence induite par le traitement du Baron Zemo, Wonder Man [Simon Williams] se retourne contre The Masters of Evil. Pris par surprise, Zemo et les deux Asgardians ne réussissent qu’à s’échapper laissant derrière eux un Wonder Man [Simon Williams] agonisant mais heureux d’avoir accompli une bonne action. Stan Lee expliquera de manière un peu étrange dans The Comics Journal en 1978 que le personnage avait été défaussé de l’univers Marvel car DC Comics les avait assigné en justice car le nom du personnage était trop proche de Wonder Woman. Cette version est surprenante car comment DC Comics aurait-il pu assigné Marvel avant que le personnage ne soit publié ? Ou alors faut-il considérer que DC Comics ait assigné Marvel en se basant sur les publicités mettant en scène la couverture de The Avengers #9 (1963 Series) mettant bien en évidence Wonder Man.

Il est a remarqué que le nom de Wonder Man avait déjà été utilisé par le premier plagiat de Superman par Victor Fox sous la plume de Will Eisner en 1939. Mais de manière extrêmement contemporaine, le nom venait d’être utilisé un an avant Marvel par DC Comics lui-même dans un épisode sans suite de Superman [Clark Kent]. Marvel aurait donc modifié la fin de l’épisode pour éviter un procès ! Ou Stan Lee avait-il dès le début imaginé une fin dramatique avant de faire revenir sa création ? Wonder Man prendra une part involontaire dans une autre intrigue des Avengers des années après ou les lecteurs apprennent que son schéma cérébral a été sauvegardé par Giant-Man [Hank Pym] & Iron Man [Tony Stark] tandis que son corps était « irrécupérable ». Cette version est en parti démentie quelques années plus tard lorsque le cercueil qui contient son corps est volé.

French Collection #314

Plus d’une décennie après son apparition, Wonder Man réapparait comme une chimère convoqué par Kang (French Collection #312) au travers du flux du temps puis comme un zombi par le super-vilain Black Talon. Enfin, Wonder Man revient réellement à la vie et rejoint les Avengers plus de vingt ans après sa création. Irradié à haute dose par les ions du Baron Zemo, ses cellules se sont détériorés mais uniquement pour s’adapter à leur nouvel environnement. Son corps ne s’est donc pas corrompu mais bien au contraire transformé en énergie pure. N’ayant visiblement plus de crainte d’un procès de DC Comics, Marvel relance donc le personnage qui atteindra un certain niveau de popularité dans les années qui suivirent.

Comme nous l’avons indiqué dans French Collection #310 & #312, Immortus apparait dans l’épisode qui suit l’apparition de Wonder Man [Simon Williams]. Il ne s’agit alors pas de l’incarnation finale du vengeur temporel connu comme The Pharaoh Rama-Tut, Kang the Conqueror & The Scarlet Centurion mais d’un nouvel adversaire qui décide par lui-même de rejoindre The Masters of Evil. The Echanteress [Amora] connait de réputation celui qui est appelé le souverain du temps, celui qui règne sur le royaume des limbes ou rien ne change jamais, qui n’est pas vraiment encore associé au Space Phantom que nous avons évoqué dans French Collection #259. Après avoir été défié par The Executioner [Skurge] qu’il défait grâce au personnage légendaire de Paul Bunyan qu’il retire du flux temporel, Immortus est intronisé membre des Masters of Evil par le Baron Zemo qui lui donne comme mission d’anéantir The Avengers.

French Collection #314Leur nouvel allié va faire capturer Rick Jones par Attila le Hun et forcer Captain America [Steve Rogers] à lui livrer ses équipiers pour sauver son ami. Il essaiera successivement de battre Giant-Man [Hank Pym] en invoquant le Goliath biblique puis Iron Man [Tony Stark] en le confrontant à Merlin l’enchanteur (ou en tout cas une de ses nombreuses versions de l’univers Marvel) et enfin Thor [Don Blake] contre un Hercule romain qui pourrait être une version plus jeune de la version classique de l’univers Marvel. Mais aucun de ces personnages mythiques n’a le dessus et Immortus voyage dans le passé avec Captain America [Steve Rogers] qui réussit à délivrer Rick Jones tandis que le reste de Masters of Evil attaque sans succès The Avengers.

Voyant la défaite approchée, The Echanteress [Amora] lance un sort qui les ramène au moment même où ils sont contactés par Immortus à qui ils refusent le passage. Comme pour Wonder Man [Simon Williams], le personnage sera réintroduit bien des années après dans un schéma complexe. En France, Wonder Man [Simon Williams] & Immortus partage également le même magazine pour leur première apparition. Il s’agit du Petit Format N&B Eclipso n° 31 de l’éditeur nordiste Artima – Arédit qui publie The Avengers #7,#9 & 10 (1963 Series) d’une traite sous le titre « Le défi d’Immortus » alors que celui-ci n’apparait qu’à la fin des 90 pages.

L’épisode de retour de Wonder Man [Simon Williams] est quant à lui publié dans le Petit Format N&B Vengeur 3ème série n° 10 toujours chez Artima – Arédit.

[Jean-Michel Ferragatti]