French Collection #215[FRENCH] Cette semaine, nous ouvrons une série de chronique qui va revenir sur une des caractéristiques de l’écriture de DC Comics datant (ou tout du moins à son paroxysme) pendant le silver age. Avec la renaissance des comics de super-héros et leur multiplication, les scénaristes de comics devaient produire de plus en plus de scénario et notamment chez le leader de ce segment (à défaut du marché dans son entier) : DC Comics.

French Collection #215Certains comme Mort Weisinger (Editor de la ligne Superman), partant du principe que le lectorat se renouvelait tous les cinq ans, ressortait les mêmes scénarios tous les cinq ans. D’autres, un peu plus scrupuleux, sont partis du principe qu’il ne faut pas changer une équipe qui gagne et ont importé les concepts de scénario d’une série à l’autre comme nous allons le voir dans cette suite de chronique dont vous lisez la première livraison.

Les super-héros ont toujours affrontés des adversaires récurrents, c’est d’ailleurs une de leur principales caractéristiques. S’étant assez rapidement constitué en équipe, All-Star Comics #3 (1940 Series) avec la Justice Society of America, les super-héros allaient rapidement être confrontés à des équipes comme celle que réuni comme les cinq doigts de la main le vilain agonisant The Hand. Constitué de The Dummy, The Red Dragon, Big Caesar, The Professor Merlin & The Needle, cette équipe est apparue dans Leading Comics #1 (1941 Series) et affrontera The Seven Soldiers of Victory.

Au début du silver age, certains super-vilains se ligueront en équipe pour essayer de vaincre leur Némésis. Certaines seront consubstantielles de l’équipe de super-héros elle-même comme The Doom Patrol (cf. French Collection #133) & The Brotherhood of Evil (cf. French Collection #151). D’autres seront plus informelle comme The Flash Rogues Gallery qui réunira quasiment tous les adversaires de The Flash [Barry Allen].

Par contre, une autre sorte d’équipe structurée se retrouvera dans bons nombre de pages des magazines de DC Comics. Il s’agit des équipes ayant pour but affiché la mort d’un héros ou d’une équipe de héros. Le genre est inauguré en janvier 1962 par Superboy [Kal-El] dans The Superboy Revenge Squad paru dans Superboy #94 (1949 Series). Dans cet épisode, plusieurs extraterrestres natifs de la planète Wexr II se liguent afin de supprimer Superboy [Kal-El] qui les a empêchés de réussir leur plan de conquête de la galaxie. Ainsi était née The Superboy Revenge Squad dont la composition variera aux fils des ans et qui accueillera d’autres membres de races extraterrestres voulant se venger de Superboy [Kal-El].

French Collection #215Bien entendu, une telle idée ne pouvait rester sans suite et très rapidement, dans Action Comics #286 (1938 Series), nous retrouvons The Superman Revenge Squad qui cette fois-ci s’attaquera bien entendu à Superman [Kal-El]. L’équipe reviendra bien sur tout au long du silver age dans ses deux versions et plusieurs de ces apparitions seront traduites en Belgique et en France dans les publications des Editions Interpresse & Sagédition. Notamment dans Superman Poche n° 69 – 70 & 71 ou Superman Géant 2ème série n° 27 & 29 et dans l’album Le vengeur d’acier paru dans la Collection Présence de l’Avenir.

Le concept aura une déclinaison très fugitive dans l’épisode The School for Superman Assassins! Paru dans Superman #188 (1939 Series) qui met en scène Kangor surnommé Kill Kid, un tyran galactique qui souhaite supprimer Superman [Kal-El] afin de conquérir les planètes autour du système solaire. Il entraîne donc ses concitoyens à développer des plans pour mettre fin aux jours de celui qu’il considère comme son principal obstacle à ses plans de conquête.
Mais malgré le plan de Zunial, son plus brillant élève surnommé The Murder Man, ils échoueront après être passé très près de l’exploit. Cet épisode a été publié par les Editions Interpresse dans Superman et Batman & Robin n° 2 de 1967.

D’autres scénaristes trouveront sans doute l’idée d’une ligue voué à la mort de personnages suffisamment intéressante et très facile à mettre en place pour la copier. Après tout, la seule existence de la cible de leur attaque suffit à n’importe quel scénario. C’est ainsi que naitra The League of the Challengers Haters dans Challengers of the Unknown #42 (1958 Series) en février – mars 1965.

French Collection #215

L’équipe sera cette fois-ci constituée d’ancien adversaire des Challengers of the Unknown (cf. French Collection #133). Il s’agit de Kra le roi des robots, Drabny qui est apparu dans Challengers of the Unknown #8 (1958 Series), Multi-Man [Duncan Pramble] qui est apparu dans Challengers of the Unknown #14 (1958 Series) & Volcano Man qui est apparu dans Challengers of the Unknown #27 (1958 Series).

Bien entendu, leur plan échouera et la ligue se reconstituera et sera rejointe par The Queen of the Challengers Haters qui n’est autre que Multi-Woman II, un robot géant qui prend la suite de la première Multi-Woman qui était apparue (et détruite) dans Challengers of the Unknown #27 (1958 Series). Leurs deux premières apparitions ont été publiées en France par l’éditeur nordiste Artima – Arédit (dans le désordre) dans Spectre n° 3 & Etranges Aventures 1ère série n° 14.

French Collection #215

Enfin, sans doute trouvant toujours l’idée très séduisante, le concept sera décliné sous le titre The Blackhawk Wreckers dans Blackhawk #224 (1957 Series) en septembre 1966. Cette fois-ci, il s’agit simplement d’une alliance entre dix hommes riches qui détestent The Blackhawks pour des raisons qui leur sont propres et qui veulent les discréditer. Ils ont engagés deux hommes de mains afin de construire des robots géants capables de ridiculiser The Blackhawks et de les pousser à la retraite.

Mais comme dans les autres séries, The Blackhawk Wreckers seront tenus en échec et eux n’apparaitront plus jamais. L’épisode a été traduit en France dans Aventures Fiction 2ème série n° 44. La liste n’est sans doute pas exhaustive et nous verrons dans deux semaines une autre déclinaison de cette politique scénaristiques qui constitue à reprendre la même idée dans plusieurs séries.

[Jean-Michel Ferragatti]