Avant-premire Comics VO: Heroes Reborn #5

7 juin 2021 0 Par Xavier Fournier

Les Avengers mais aussi la plupart des hros Marvel classiques ont t effacs de l’Histoire, cdant la place au Squadron Supreme, dsormais la principale quipe de super-hros sur Terre. Mais quelques personnages commencent se doute que quelque chose ne tourne pas rond, tandis que le justicier nocturne Nighthawk tente de grer une rvolte l’asile du coin.

Heroes Reborn #5Heroes Reborn #5 [Marvel Comics]
Scnario de Jason Aaron
Dessin de R.M. Guera et Ed McGuinness
Parution aux USA le mardi 2 juin 2021

Comme Secret Wars ou Civil War en d’autres temps, Marvel aime bien ressortir des noms de sagas anciennes pour exploiter nouveau le nom pour l’appliquer des choses qui n’ont qu’un rapport lointain. Heroes Reborn prend donc le nom d’un event des annes 90 (les Avengers finissaient sur un autre monde o ils taient les seuls hros) pour le retourner comme un gant : voil un monde o les Avengers n’existent pas en tant que tels. En fait, sous le titre, la trame fait plus furieusement penser … Age of Apocalypse, notamment pour le premier pisode, avec le seul « tmoin » restant du monde d’avant jou par Blade, en lieu et place du Bishop d’AoA. a, c’est pour la donne de dpart. Mais sur les numros suivants (et donc celui-ci), l’exercice est diffrent puisqu’il s’agit chaque fois de faire dcouvrir un membre du Squadron Supreme, avec une postface de quelques pages o Ed McGuinness s’intresse la reformation progressive des Avengers.

« I am become the Night. »

Cette fois le spotlight est mis sur Nighthawk et, avec R.M. Guera qui donne des dessins sombres, c’est loin d’tre inintressant, mme si la finalit de l’exercice est un peu limite. Parce que, disons-le, le fait de jouer avec l’ide que Nighthawk est un peu le Batman de l’univers Marvel, c’est une notion joue et rejoue depuis les annes soixante. Le vrai problme c’est que c’est une « tranche de vie » d’un Nighthawk qui n’existe que dans cet univers, avec une sensation de jeu des sept erreurs marrants quelques pages mais qui vire vite la rengaine. Le sidekick de Nighthawk est donc mort dans une sorte de remix des morts de Jason Todd et de Gwen Stacy, le Ravencroft Asylum remplace l’asile d’Arkham, le symbiote est un avatar du « Batman qui rit » et ainsi de suite. C’est beau mais un peu vain. Et cela ne « construit » pas rellement le Nighthawk de Jason Aaron, qui redeviendra probablement une autre version ds que les choses rentreront dans l’ordre. A moins d’imaginer que Jason Aaron ait voulu faire une sorte de commentaire « mta » sur certains events DC tels que Future State, on ne voit pas trop quoi cela sert. Les histoires principales (avec chaque membre du Squadron) ont l’avantage de sortir du moule typique des crossovers Marvel, mais le fait que l’histoire avance surtout avec les back-ups (lesquelles back-ups, mises bout bout, formeront en gros la pagination d’un annual) on a l’impression que les auteurs et l’diteur gagnent du temps et diluent un rcit qui aurait pu tre plus court (ou consacr au « vrai » Squadron Supreme de la ralit 616). Dans le cas prsent c’est joli regarder pour peu qu’on apprcie le travail de Guera mais cela reste un peu « juste » raison de 4.99$ le numro.

[Xavier Fournier]