Comic Box Virgin #22 – Veillée funèbre[FRENCH] Mon dernier contact avec une sorcière avait été avec la craquante Courtney Crumrin. Je retourne donc dans une histoire de maléfices à veiller derrière mon bureau. Je passe d’une charmante petit ado en devenir à une vamp qui suce l’énergie de ses concitoyens. Même morte, elle parvient à tourmenter les hommes (une femme, une vraie). En l’occurence, elle a une dent contre un homme et déploie tous ses sorts pour le prendre dans ses filets. Le pauvre garçon est terrorisé face à cette succube (l’angoisse de dévoration le retour). En même temps, il peut trembler car il a trois nuits à veiller sur son bourreau potentiel. N’importe quel homme serait ravi de se retrouver seul en compagnie d’une femme offerte. Bon, d’accord, un peu morte sur les bords, mais la nécrophilie a son charme finalement… Mais Thomas ne sait pas par quel bout prendre sa sorcière…

Veillée funèbreThomas est dans de beaux draps… Ça tombe bien pour une veillée funèbre. Lui, l’étudiant philosophe un peu niais de Kiev, est emmené de force dans une aventure qu’il mettra l’éternité à oublier. Un riche seigneur exige sa présence pour lire des prières pendant trois jours au chevet de sa fille, pas tout à fait morte mais presque, dont la dernière volonté est d’avoir Thomas auprès d’elle. N’importe quel homme serait flatté mais Thomas, grand prêcheur à ses heures, se demande où est le ver dans cette pomme tendue par une Eve d’outre-tombe. Il ne va pas tarder à  découvrir que la morte n’est pas une inconnue et que la vengeance des sorcières est un plat qui se mange froid comme un cadavre.

Ma sorcière bien-aimée…

Elle est bien morte et pourtant elle est encore vivace dans le souvenir des cosaques tellement elle est parvenue à terroriser la population. Chacun y va de sa petite histoire de sorcellerie, ce qui n’est pas pour rassurer Thomas en vue de ses tête-à-tête maléfiques. Sorcière séductrice, elle a mis son charme au service de ses sorts. Il n’y a que son père pour voir en elle une innocente jeune fille ravie injustement par la mort ( les parents ne voient vraiment pas grandir les enfants). Il lui donnerait le bon dieu sans confession alors que Thomas serait plutôt d’avis de l’envoyer au diable. C’est la mort dans l’âme qu’il commence sa première nuit de veille. Les tours pendables de la refroidie ne tardent pas à donner des sueurs froides au jeune inexpérimenté qui se réfugie dans des prières d’exorciste pour tenir le démon en furie à distance (une tactique toute masculine). Sa technique fonctionne mais ça lui faire des cheveux blancs au garçon. Il nous prend 20 ans en une nuit et il en reste encore deux (quand on dit que les femmes épuisent). Parviendra-t-il à survivre aux avances diaboliques de la sorcière ?

Le ton est celui du conte et commence en couleurs. Mais dès que l’évocation de la sorcière apparaît, le dessin tranche en noir et blanc. Les lignes s’entremêlent un peu plus comme un piège qui se referme autour de Thomas. Plus la sorcière est agacée du refus de Thomas de se soumettre à son désir (ne jamais dire non à une femme si vous ne voulez pas passer une mauvaise nuit… Thomas en fera les frais), plus les lignes s’agitent. Et plus les nuits passent, plus l’homme est passif. Une métaphore des rapports de couple ? Le style graphique fait penser à un labyrinthe. Le lecteur sait par où il est entré mais il n’est pas prêt de trouver la sortie. En même temps il aurait aimé rester plus longtemps en compagnie de l’ensorceleuse un peu teigne en espérant un peu plus de connexion avec le philosophe qui parle beaucoup mais agit peu. Il aurait mieux fait de succomber à la tentation… Ça lui aurait évité de prendre racine à la fin…

[Ange-Lise]

VEILLEE FUNEBRE
SCENARIO: MARTINE MULLER
DESSIN: JEROME LERECULEY
COULEUR: LORENZO PIERI
EDITIONS DELCOURT, 18 FEVRIER 2009