[FRENCH] Le Spider-Man nouveau est arrivé. Ou plutôt revenu après son apparition-éclair dans Ultimate Fallout. Il est temps désormais de faire réellement connaissance avec le successeur de Peter Parker et de prendre la mesure de la série relancée. Et celà démarre plutôt bien…

Ultimate Comics Spider-Man #1 [Marvel Comics] Scénario de Brian Michael Bendis
Dessins de Sara Pichelli
Parution aux USA le mercredi 14 septembre 2011

Après Ultimatum et la morne vision d’un masque de Spider-Man déchiré, Marvel et Bendis avaient, d’après moi, loupé le coche en ne démarrant pas véritablement sur autre chose, en tentant de poursuivre quelque chose qui n’était déjà plus le Ultimate Spider-Man d’origine mais n’osais pas franchir le pas. Cette fois-ci, c’est le cas. Peter Parker mort, la place est libre pour qu’un nouveau prétendant s’empare du masque. Mais comment expliquer que quelqu’un hérite de l’alias si particulier de Spidey ? Et surtout comment justifier le fait que le nouveau personnage ait des pouvoirs s’approchant de son modèle ? En fait, dès les premières pages, Bendis règle cette déliquate équation. Comment expliquer que les spider-pouvoirs soient transmissibles ? Et qu’il y ait un lien avec l’histoire précédente de cette identité ? La chose est assez logiquement gérée et forme le nerf de ce premier épisode. Aux dessins, Sara Pichelli est libérée du poids des volumes précédents… C’est un nouveau héros, qui peut donc exister au delà de l’atmosphère et de la nature du Spider-Man différent. D’ailleurs la chose est assez bien démontré dans la scène finale de ce numéro, jouant d’un côté les parallèles pour mieux arriver à une constatation différente.

On sait finalement peu de choses de Miles, le nouveau Spider-Man « Ultimate », dans ce numéro. Parce qu’en fait l’histoire s’intéresse surtout à son contexte et à son entourage. Bendis joue sur différents ressorts, lorgnant parfois sur une comparaison maîtrisée avec le Spider-Man d’avant mais ne s’interdisant pas d’introduire des différences majeures. Par exemple ici aussi l’oncle du héros joue une importance déterminante dans les origines. Mais avec un rôle au contraire différent, qui semble nous promettre une dynamique familiale transformée. En un sens cet épisode me fait un peu penser au tout premier épisode d’Ultimate X, quand on nous avait présenté un jeune garçon qui découvrait soudainement qu’il était le fils de Wolverine. Miles n’est très certainement le fils de Peter, rassurez-vous, mais il y a ce même sentiment de redécouverte. Tout comme « Kid Wolverine », le nouveau Spider-Man survit à son modèle. Il en est le prolongement sans en être totalement le reflet fidèle. Du coup l’univers d’Ultimate Comics Spider-Man (re)devient une page vierge où Bendis bénéficie d’un droit d’inventaire. Un début plutôt « frais » et sympathique…

[Xavier Fournier]