Avant-Première VO : Review Ghost Rider #32[FRENCH] C’est Fort Alamo chez les Spirits of Vengeance ! Les derniers Ghost Riders se sont repliés au Congo pour livrer une dernière bataille désespérée aux forces de l’archange renégat Zadkiel. La conclusion de cet arc donne un nouveau coup de balai sur la distribution et la direction de la série, ramenant au passage un personnage qu’on pensait « grillé. Enfin, Johnny Blaze et son petit frère ont une « explication » qui n’avait que trop tardé…

Ghost Rider #32 [Marvel] Scénario de Jason Aaron
Dessins de Tan Eng Huat
Sortie aux USA le 18 février 2009

Ghost Rider #32Ca ne rigole pas chez les Ghost Riders. L’ambiance serait même plutôt à « la fin des temps », alors que leur petite armée résiste du mieux qu’elle peut (c’est-à-dire : mal) aux forces d’un Paradis corrompu. Last Stand Of The Spirits of Vengeance a été un arc plutôt inspiré, bien mené par Jason Aaron. On regrettera peut-être que cette dernière bataille passe par moment à l’arrière plan, au bénéfice d’une dernière course meurtrière dans laquelle s’affrontent les deux frères. J’ai quand même toujours autant de mal à croire que Dan Ketch pourrait se comporter comme un tel pantin, sans voir ce qu’il est sur le point de faire. Une lacune du scénario est aussi que, si les Spirits of Vengeance peuvent se faire aider de personnes extérieures (leurs « adorateurs » ou même Sœur Sara), Johnny Blaze aurait été bien inspiré de demander de l’aide à la ribambelle de mystiques qui peuplent l’univers Marvel. C’est quand même ballot de partir à la guerre avec le handicap du nombre quand on connait une horde de héros qui n’auraient sans doute pas demandé mieux qu’aider ! Mais bref, ces petites réserves sont minimes et pourraient tout également s’appliquer à bien d’autres comic-books…

L’histoire de Jason Aaron reste énergique et intéressante, à plus forte raison quand les différents dessinateurs de l’arc l’ont également bien porté.  Peut-être que Zadkiel et ses troupes auraient gagné à se distinguer un peu plus d’un concept très similaire (la troupe d’anges rebelles qui s’opposaient à Zauriel dans les JLA de Grant Morrison) mais Aaron aurait pu trouver pire comme modèle. A la fin de l’arc (qui gagnera sans doute à être lu en TPB), l’auteur réussit une boucle qui ne fait pas forcée mais en un sens est une position naturelle pour Johnny Blaze. D’autres éléments (l’affrontement par la course par exemple) nous renvoient à l’ambiance de la série dans les années 70 tandis qu’un personnage qu’on avait surtout vu dans les années 90 reprend du poil de la bête… Aaron réussit ainsi à faire des clins d’œil à toutes les époques de Ghost Rider tout en renouvelant la position de la série. Qui s’en plaindra ?

[Xavier Fournier]