[FRENCH] Victor Gischler entre dans l’ère « Regenesis » en recomposant le casting de la série X-Men. Tout en restant fidèle à l’optique « les mutants confrontés au reste de l’univers Marvel », le scénariste tente d’établir enfin un noyau propre à la série. Mais il reste encore bien des choses à faire avant que cette section trouve sa propre personnalité…

X-Men #20 [Marvel Comics]
Scénario de Victor Gischler
Dessins de Will Conrad
Parution aux USA le mercredi 2 novembre 2011

Quel était jusque-là le line-up propre au titre X-Men ? Réponse: aucun ! On y voyait le même mélange de Cyclops, Emma Frost et Wolverine qu’on a pu trouver dans toutes les titres liés à l’équipe ces dix dernières années, avec quelques mutants (Gambit) gravitant autour. Les figures emblématiques des X-Men ayant clashé, Victor Gischler décide A) que cette série restera du côté de Scott Summers et B) qu’il est temps d’injecter quelques mutants peu utilisés par ailleurs. En plus de Jubilee, qui reste un peu son fil rouge dans la série, Warpath et Domino intègrent donc un collectif qui ressemble un peu à une force de frappe façon X-Force (la présence des deux mutants cités faisant beaucoup pour ça). Viennent ensuite quelques personnages comme Storm, Psylocke et Colossus mais on les sent déjà plus « empruntés » à d’autres séries que vraiment installés (sauf peut-être Storm, on verra sur la durée). Et pour le côté « mélange avec l’univers Marvel », Warmachine (ou Iron Man 2.0 si vous préférez) joue le rôle du guest star. Le tout repose sur un réseau de reventes de Sentinels à travers le monde. Les X-Men vont donc agîr en se moquant de la politique internationale et Warmachine va tenter de les gérer…

La série X-Men reste frustrante. D’abord parce qu’avec un tel titre elle devrait être un des navires amiraux de la galaxie mutante et qu’en fin de compte le casting donne l’impression d’être fait de manière un peu aléatoire sans qu’il y ait vraiment échange entre les personnages (Excalibur donnait plus l’impression d’être que les X-Men que ce groupe là). Ensuite Gischler donne un peu dans le déjà vu. La contrebande de Sentinels a déjà été utilisé largement (récemment dans les Astonishing X-Men d’Ellis par exemple) et là le scénario passe après sans vraiment avoir de valeur ajoutée. Qui plus est le scénario passe à côté de ramifications intéressantes. A partir du moment où il a Storm à bord (épouse de Black Panther et donc liée au Wakanda), l’auteur a une porte ouverte rêvée sur le reste du monde. Est-ce qu’il y a l’équivalent des Sentinels en Afrique ? Est-ce que le Black Panther façon Christopher Priest, sorte de de Batman ayant toujours trois coups d’avance, n’aurait pas pensé à construire un équivalent de ce genre de robots au Wakanda ? Voilà une variation qui aurait été intéressante. Au lieu de ça on à droit à du très conventionnel. D’autant plus qu’à la base j’ai de l’intérêt pour des personnages comme Domino et Warpath mais que là clairement ils ne sont pas utilisé au maximum de leur potentiel.

[Xavier Fournier]