Avant-Première VO : Review War of Kings Ascension #1[FRENCH] Alors que la « guerre des rois » fait rage dans la série éponyme, il est temps de s’intéresser au dommages collatéraux et aux outsiders qui pourraient bien tirer leur épingle du jeu. C’est ce que font Abnett et Lanning au fil des pages de cette mini-série complémentaire, relatant les tribulations de Darkhawk et de son mentor dans la zone négative. On a encore un peu de mal à voir le rapport (si ce n’est l’espace), mais on ne doute pas que tout ça va finir par trouver une utilité…

War of Kings : Darkhawk #1 [Marvel] Scénario de Dan Abnett et Andy Lanning
Dessins de Wellington Alves
Sortie américaine le mercredi 08/04/09

War of Kings Ascension #1Un des gros avantages de War of Kings (en tant que crossover, s’entend), est en effet de ne pas se disperser dans une multitude de tie-ins. Ascension est la seule série dérivée du crossover et, comme elle est écrite par les deux architectes de l’ensemble, on peut légitimement penser que cette mini trouvera son utilité. Je parle au futur parce que, en l’état, ça n’est pas évident. Pour le moment, hormis une intro sibylline mettant en scène un Skrull errant dans l’espace après l’attaque inhumano-kree, il s’agit surtout d’une suite directe de War Of Kings : Darkhawk, qu’Abnett et Lanning écrivaient avec C.B. Cebulski. En gros, le personnage a subi un relaunch total, et se retrouve de nouveau dans la peau du jeune adolescent qui ne comprend rien à ce qui lui arrive, ne sait pas utiliser son armure correctement, et se met même à flipper sérieusement lorsqu’une armure similaire débarque du fin fond de la galaxie avec la ferme intention de compléter sa formation. Talon – c’est le nom de ce mystérieux mentor – lui révèle qu’il est le dernier de l’ordre des Raptors, une sorte de super-Nova (sans mauvais jeu de mots) et lui enjoint de le suivre dans la zone négative où du boulot les attend. Et comme le petit est un peu reluctant, la phase apprentissage ne se passe pas sans heurts…

Le premier bémol de cette mini est de ne presque pas faire référence au contexte global. Passé les trois premières pages, rien ne nous rappelle qu’on est dans War Of Kings. Pourtant, à l’instar de leur dessinateur, Wellington Alves, les deux scénaristes font un travail très propre, presque trop. Leur travail sur cette mini-série ressemble fort, pour le moment, à celui effectué sur le titre principal : c’est bien fait, très « carré », mais lisible à des kilomètres. J’espère vraiment qu’il y a un véritable twist à l’arrivée, sinon une certaine linéarité pourrait bien avoir raison de ce crossover, pourtant plein de potentiel. Ici, il y a bien un cliffhanger, alors j’attends le mois prochain pour vérifier une petite hypothèse personnelle. On est un peu à la croisée des chemins. Si ce qui est annoncé en fin d’épisode se révèle réellement vrai, alors là, oui, on a enfin quelque chose à se mettre sous la dent. Si, comme j’ai tendance à le penser, les scénaristes se sont gardé l’option la plus évidente sous le coude, on ne va pas tarder à s’ennuyer ferme !

[Antoine Maurel]