[FRENCH] Tournant important pour la série, Uncanny X-Force #18 marque la fin du premier cycle de Rick Remender sur la série. Un peu comme une fin de saison, l’épisode redistribue des éléments comme Archangel, Fantomex, les rescapés d’Age of Apocalypse ou encore un jeune garçon laissé dans un laboratoire depuis des lustres ? Remender et Opena font la preuve d’un savoir-faire magistral…

Uncanny X-Force #18 [Marvel Comics] Scénario de Rick Remender
Dessin de Jerome Opena
Sortie aux USA le mercredi 14 décembre 2011

Voilà des mois qu’Archangel, devenu l’héritier d’Apocalypse, pose un problème de taille à l’actuelle X-Force. Il faut dire que l’équipe s’est constituée pour éliminer les menaces, comme s’il y avait d’un côté les bons puis de l’autre les mauvais sans chance de rédemption qu’on peut détruire à volonté. Et quand on voit la constitution du groupe, ça ne manque pas d’ironie. N’empêche que quand le grand méchant loup porte le visage d’un ami, le problème moral est autrement plus compliqué. En particulier pour Psylocke, qui doit faire face à la corruption totale de son ancien amant. Heureuseument, Fantomex a un atout dans sa manche et un plan lancé depuis pratiquement le début de la série se met en marche. Le seul dernier espoir est en effet… Apocalypse. Ou presque.

Voici un numéro qui n’a rien d’un de ces fascicules parcouru en 2 minutes montre en main : Même si le rôle de Wolverine et de Deadpool est assez minime, les deux auteurs redistribuent les cartes à tout va. Y compris quand Fantomex va chercher de l’aide auprès d’un pseudo-Superman inattendu. Passé un moment, l’intrigue ouvre tiroir après tiroir… Bien sûr, la mort annoncée implicitement ne manque pas de se produire mais pas de la manière qu’on pensait. Elle se fait plus symbolique et débouche, là aussi, sur une nouvelle situation. En lisant les dernières pages de ce numéro je me disais qu’il était bien dommage qu’on ait pas demandé à Remender d’écrire les Fear Itself 7.1 ou 7.2 tant à l’évidence il sait ouvrir les portes de la mort dans les comics et les refermer sans se prendre les pieds dedans. Avec d’autres auteurs on dirait que la fin forme une boucle, que le scénariste à défait d’une main ce qu’il avait d’une autre. Là, clairement, Remender nous emmène ailleurs et la fin, comme le décor de fond de la dernière case, est explosive. Et puis à l’image on retrouve Jerome Opena toujours aussi neuf, frais… Bref voici une série qui sait emprunter les chemins connus tout en ne s’interdisant rien. Uncanny X-Force #18 est la fin d’un cycle mais aussi le début d’un autre. Et si ce qui vient est du même tonneau que ce qu’on vient de voir alors tout ira très très bien…

[Xavier Fournier]