[FRENCH] Depuis 2008 la série the TWelve stagnait (mis à part un spécial, Spearhead, que Chris Weston avait produit tout seul). Voici enfin un nouveau chapitre de l’étrange saga de ces personnages du Golden Age importés dans le présent (enfin en tout cas dans le présent de 2008) alors le mystère commence à s’instaurer vraiment. Une reprise de contact dense et qui commence à donner plus d’informations, tout en assumant certaines influences…

The Twelve #9 [Marvel Comics] Scénario de J. Michael Straczynski
Dessin de Chris Weston
Sorti aux USA le mercredi 1 février 2012

Un humour intentionnel ou une ironie du destin ? Les premières pages de ce redémarrage de la maxi-série The Twelve laissent la part belle… à l’idée des « deadlines » et au temps qui passe trop vite. Vu qu’il n’est quand même pas commun qu’il y ait quatre ans d’écart entre deux épisodes d’une maxi-série, on penchera pour la seconde solution. Sorti de là, il est étonnant de voir à quel point on se réinstalle vite dans l’histoire, à plus forte raison parce que le Phantom Reporter commence à enquêter sur le meurtre (car meurtre il y a), formant ainsi une boucle certaine avec les numéros passés. J. Michael Straczynski et Chris Weston entrent ici dans le vif du sujet, sacrifient un de leur pion tout en livrant des informations importantes sur la nature de deux autres des Twelve. Des informations liées au fonctionnement d’Electro ou encore au secret du Fiery Mask. JMS poursuit la logique qui a été la sienne depuis le début de la série : Tout n’est pas forcément bon à prendre dans le Golden Age. Certaines choses sont trop grosses pour être conservées et, comme pour l’origine de Rockman, il part du principe que les épisodes initiaux sont ce qui a été raconté, pas ce qui est arrivé. A sa décharge Stan Lee (dès Avengers #4) ou Roy Thomas avaient eux aussi joué à cette révision en leur temps. Il faut voir jusqu’où les choses iront mais la rénovation n’est pas forcément une trahison.

En dehors de ces discussions sur la continuité, que donne le déroulement de l’histoire en elle-même. Les choses avancent à grand pas et on comprend mieux ce que va être l’enquête qui va marquer la fin de la série. Dans les premiers épisodes, beaucoup de gens avaient crié à la filiation avec Watchmen et je dois dire que je n’en faisais pas partie (le meurtre de héros n’est pas l’apanage de Watchmen non plus…). Mais il faut bien dire que l’inspiration semble être avoué. Le type qui passe par la fenêtre, lancé par un de ses supposés alliés… Le justice urbain qui vient inspecter la scène de crime avec les « do not cross ». Là pour le coup il ne faut pas se voiler la face, il y a un parallèle qui est cultivé. On verra par la suite à quel point mais la chose est croustillante quand on se rapporte à un certain projet polémique de DC pour lequel JMS a signé… En tout cas l’épisode est dense, donne de bonnes scènes à plusieurs personnages de la distribution et The Twelve reviennent enfin aux affaires. Et ça c’est une bonne nouvelle !

[Xavier Fournier]