[FRENCH] Le héros de la série ayant réalisé le mois dernier que la généalogie dont il est issu est loin d’être la famille idéal, il demande cette fois-ci plus d’explication à qui de droit. Est-il vraiment le rejeton d’une sorte d’Hitler cosmique ? Mais d’autres préoccupations plus directes se font sentir. L’ennemi approche. Et pendant ce temps, sur Terre, d’autres révélations ont lieu…

Starborn #7 [Boom!] Scénario de Chris Roberson
Dessins de Khary Randolph
Sortie aux USA le 8 juin 2011

Starborn continue à mettre en parallèle une dose certaine d’action et d’explications. Ce qui est d’ailleurs à mettre au crédit du scénariste Chris Roberson car voici 7 épisodes qu’on distille les informations sur la génèse du protagoniste principal sans que celà fasse trop « série de parlotte » façon Claremont ou Bendis en overdrive. On a donc la confirmation que le père du héros n’était pas un ange mais aussi une nuance qui apparaît dans sa relation avec sa garde du corps. Non pas le côté « on n’a pas le droit de se toucher » mais l’ébauche de tristesse de la part de sa compagne. Tout ça, il est vrai, se lit quand même un peu vite mais est réhaussé par la confirmation d’une intrigue secondaire qu’on avait vu venir et qui concerne la présence terrestre d’autres extra-terrestres issus du même régime.

Khary Randolph est toujours aussi régulier au dessin mais, niveau scénario, la chose sur laquelle on peut peut-être tiquer c’est que les autres races extra-terrestres semblent aussi peu préparées à affronter/subir une technologie qu’elles sont supposées connaître. Surtout alors qu’elles ont conscience d’un danger. Et alors que Cur Talon, seul, arrive à s’occuper de tout un détachement d’aversaires, l’alliance adverse perd beaucoup de sa superbe. A se demander comment elle a pu représenter un tel danger dans les numéros précédents. Alors qu’il semble que Roberson leur ménage un rôle plus sympathique, ce principe d’en faire mécaniquement les « faibles » de l’histoire est un peu soudain. Espérons que le nouveau personnage introduit dans cet épisode va un peu destabiliser les choses et pas simplement s’arrêter à un archétype de combat entre opprimés et oppresseurs. Malgré cette réserve (et encore une réserve sur l’évolution *potentielle* du titre), Starborn continue d’être le plus stable des trois titres « Stan Lee » chez Boom!

[Xavier Fournier]