Avant-Première VO: Review New Avengers #3[FRENCH] Les Illuminati sont donc à nouveau actifs. Si ce n’est que l’un d’entre eux est mort entretemps et que cette absence nécessite un remplaçant, quelqu’un qui sera son successeur et qui gérera sa propre Infinity Gem. Et la société secrète des têtes pensantes de Marvel va justement avoir besoin de ce genre d’accessoire…

New Avengers #3New Avengers #3 [Marvel Comics] Scénario de Jonathan Hickman
Dessin de Steve Epting
Parution aux USA le mercredi 6 février 2013

A l’heure où Marvel annonce pour bientôt un crossover « Infinity », le titre identique de cet épisode ne passera pas inaperçu. D’autant qu’il s’agit bien de gérer le sort des Infinity Gems détenues depuis des années par les Illuminati. Réunis à l’initiative de Black Panther, les membres en place doivent repousser le crash d’un univers alternatif et l’Infinity Gauntlet complet semble être la seule arme cosmique capable de repousser la menace. Oui, sauf que les Illumaniti n’ont pas le gant complet ! Il leur manque encore la gemme qui était en possession de Charles Xavier. Heureusement pour eux le Professeur X avait prévu un plan de secours (et de ce fait il est autrement mieux organisé que Black Bolt, dont on a pu voir par le passé qu’il ne faisait pas confiance aux bonnes personnes).

Ce genre de pouvoir n’a qu’un défaut de logique. Quand on voit toutes les épreuves que l’univers Marvel a traversé ces dernières années on se demande pourquoi les Illuminati ne l’ont pas utilisé plus tôt pour repousser les Skrulls ou le Phoenix. C’est justement vers cette question qu’Hickman oriente le débat, avec l’aspect moral personnifié par Captain America. Si les Illuminati n’ont pas joué la carte du gant, c’est qu’ils ont été capables de résister à l’appel du pouvoir. Mais une fois l’interdit brisé, qu’est-ce qui les empêcherait de recommencer ? Cap va au fond de la question et c’est à partir de là que l’épisode devient réellement intéressant, cesse d’être centré sur le gant pour vraiment devenir un récit des Illumaniti tel qu’on n’en avait pas vu depuis la mini-série originelle : Un groupe d’hommes qui fait tous les mauvais choix possibles avec les meilleures intentions du monde. Et on le sait bien, l’enfer est pavé de bonnes intentions. Hickman gère bien le turn-over à l’intérieur du groupe et lui redonne tout son côté corrosif. On a vraiment l’impression que les choses démarrent ou tout au moins accèdent à un autre niveau avec cette fin de numéro. Espérons que les auteurs maintiendrons le cap…

[Xavier Fournier]