[FRENCH] Deux chronologies différentes achèvent de se chevaucher. Dans le présent, pendant que le pronostic vital de Mockingbird est engagé, les New Avengers, furieux, sont bien décidés à mettre la main sur Superia et de l’empêcher de mener à bien son projet. Dans les années 50, l’Avengers Initiative s’est séparée, sa mission s’étant terminée. Mais il reste encore des choses à dire. Et si tout, finalement, finissait par converger ?

New Avengers #13 [Marvel Comics] Scénario de Brian Michael Bendis
Dessins de Mike Deodato & Howard Chaykin
Sortie aux USA le 8 juin 2011

Voici donc où voulait en venir Brian Bendis avec cette superposition de deux événements qui, en apparence, n’avaient guère en commun que l’utilisation du mot « Avengers ». Bien sur, dans l’immédiat on imagine facilement qu’en prenant ce numéro les fans se demanderons surtout (couverture dramatique oblige) ce qu’il en est du sort de Mockinbirg (même si c’est loin d’être le personnage le plus populaire du groupe j’imagine). Sans trop en dire, je pense quand même que la conclusion augure d’une modification des rapports de force à l’intérieur du groupe. On appréciera aussi quelques touches comme le Ben Grimm taciturne et « responsable », qui est assez raccord avec son comportement dans les épisodes actuels des FF (même si dans ce numéro les costumes laissent à penser que tout se passe avant que les Fantastic Four deviennent les FF).

Pour ce qui est de l’autre couloir d’événements, on apprend finalement ce que la mission des Avengers des années cinquante à en commun avec les mésaventures des héros du présent. En un sens il y a un côté « deus ex machina » mais Bendis gère assez bien le sentiment de paranoïa qui, jusqu’à la fin nous tient dans le doute quand aux loyautés de Victoria Hand. Ce côté acide réveille un peu l’histoire et rachète un peu un arc qui aura parfois donné l’impression de traîner (les New Avengers ont du passer quelque chose comme trois épisodes à passer de l’ambulance à la salle d’opération). Le premier arc de la série avec son côté « regardons le ciel qui change de couleurs puisque nous sommes impuissants » m’avait assez déçu mais là on sent le retour d’une certaine alchimie dans le groupe, comme si la parole commençait à être donnée à nouveau aux personnages. On en sera plus, forcément, dans l’épisode suivant mais il semble qu’on ait un regain dans la dynamique du groupe. Et ce n’est pas plus mal !

[Xavier Fournier]