[FRENCH] Tandis qu’un des New Avengers est sur la table d’opération, ses co-équipiers mènent l’enquête, façon Law & Order. Mais le H.A.M.M.E.R. n’est pas en fuite pour autant et une contre-attaque se prépare. Par ailleurs les détails de la première mission des proto-Avengers de 1959 continuent de défiler. Un épisode inégal, qui lance bien quelques pistes mais dans le même temps déçoit un peu par rapport au cliffhanger du mois dernier.

New Avengers #12 [Marvel Comics]
Scénario de Brian Michael Bendis
Dessins de Howard Chaykin & Mike Deodato
Sorti aux USA le mercredi 11 mai 2011

Mockingbird gît dans une salle d’opération et Hawkeye est furieux. On se demande d’ailleurs si ce n’est pas une manière de le réinjecter dans la série de manière plus convaincante (mais difficile d’en être sur à ce stade, on verra par la suite). Ce qui est sûr c’est que les New Avengers ne sont pas contents mais avec la narration désynchronisée de Bendis, on a l’impression qu’ils en discutent depuis trois mois. Cette fois ils tiennent une piste (sans plus) et très vite c’est le récit dans le passé qui reprend la vedette. Mais, même là, les choses ne sont pas tout à fait à la hauteur des attentes. Les questions liées à la présence d’un Captain America et d’un Red Skull en 1959 sont résolues, mais de façon pratiquement oblique, ce qui fait que cela enlève beaucoup d’intérêt aux réponses. Globalement, à part pour Namora qui a une utilité bien particulière, le reste du détachement se comporte de manière assez générique pour. Quand on relit l’épisode on se rend compte que seuls Sabretooth et Kraven font réellement quelque chose. Et encore, en dehors de références évidentes au healing factor de Creed, les Avengers de 1959 se comportent finalement beaucoup plus comme les Howling Commandos que comme un groupe surhumain. Fallait il réellement utiliser Bloodstone pour si peu ?

Je ne dis pas que c’est nul pour autant mais tout ça fait beaucoup d’action pour assez peu d’avancée dans l’histoire. Nous sommes supposés nous intéresser au contenu d’une caisse mais, à part un halo passager, on se donne assez peu de mal pour nous la « vendre ». Et en définitive ces Avengers de 1959 semblent pour l’instant très conventionnels dans leurs actes et leurs mentalités. Reste alors la conclusion avec sa promesse de menace dans le présent… Dont je ne sais trop quoi penser. Soit il s’agit d’un bluff et les choses seront ma foi assez classiques. Soit le personnage concerné pense vraiment ce qu’il/elle dit. Mais auquel cas les héros (et par extension Rogers) seraient de beaux crétins. Je ne suis pas certains qu’il y ait une bonne manière de sortir de cette situation (mais je ne demande pas mieux qu’être détrompé). Je suis aussi très étonné de certaines touches narratives, comme ce flic qui explique aux Vengeurs qu’il n’a jamais entendu parler du H.A.M.M.E.R… Hm… hé oh ? Ce super-FBI remplaçant du S.H.I.E.L.D. avec lequel Osborn a dirigé l’univers Marvel pendant un an, largement télévisé ? Et ce mec n’en aurait pas entendu parler ? Quand à Iron Fist, il a droit à une bulle dans tout l’épisode et on se pose à son sujet un peu la même question que pour Bloodstone. Même si l’injection des Avengers de 1959 garde un certain potentiel, je trouve quand même New Avengers très poussif depuis un peu avant Siege et l’impression ne s’estompe pas. Et même manquer de tuer un des persos n’y fait pas grand chose à ce stade. A quand les choses sérieuses ?

[Xavier Fournier]

PS: Bien que Magneto fasse l’objet de la Variant Cover, il s’agit de marquer la sortie imminente de X-Men: Fist Class. Magneto n’apparaît pas dans le contenu. En même temps en voyant cette image je me suis dis que c’était une vraie occasion loupée. A l’époque chasseur de nazi, Magneto aurait fait une chouette recrue pour les Avengers de 1959.