[FRENCH] C’est le branle-bas de combat pour Moon Knight et Echo, à la veille de leur confrontation avec le Kingpin de la Côte Ouest. Un être surpuissant doué de pouvoirs dignes de Superman (ou de Wonder Man, pour restrer dans un registre lié à Marvel). Le héros continue de chercher une méthode dans sa folie… Et ne s’en tire peut-être pas si mal ?

Moon Knight #8 [Marvel Comics] Scénario de Brian Michael Bendis
Dessin d’Alex Maleev
Sortie aux USA le mercredi 7 décembre 2011

Moon Knight/Marc Spector retourne à ses occupations civiles tout en passant en revue ses options. Ou plus exactement le triumvirat interne qu’il a dans la tête, basé sur ses collègues Avengers, tient un véritable conseil de guerre. C’est que pour en découdre avec Nefaria il va falloir frapper fort pour contre-balancer les pouvoirs du gangster. Et c’est un peu le mailon faible de l’équation de Bendis car Nefaria, malgré toute sa puissance, n’est pas loin de Graviton dans la liste des adversaires des Avengers. Un être surpuissant, c’est vrai, mais dont toutes les manigances ont échoué ces dernières décennies. Je réalise bien que Bendis a voulu le « réintroduire » lors de la fin de New Avengers vol.1, quand on le voyait aider (enfin plus ou moins aider) sa fille. Et il y avait une certaine ironie à ce que le Hood, alors « kingpin » de la côte Est, soit aidé par Nefaria qui s’impose maintenant comme le Kingpin de l’autre versant du pays. Mais même s’il a fallu les Avengers au grand complet pour en découdre avec lui on a un peu de peine à voir une réelle menace en Nefaria. On a toujours l’impression qu’il va se prendre les pieds dans sa cape au mauvais moment pour lui ou quelque chose de ce genre…

Malgré cette impression sur Nefaria, l’épisode n’est inintéressant. Bien au contraire il contribue à poursuivre la reconstruction d’une nouvelle supporting cast pour Moon Knight, avec Echo qui fait connaissance de Buck. L’intrigue liée au milieu policier est, elle aussi, intéressante car elle permet de décrire Los Angeles comme une sorte de Gotham où Moon Knight pourrait compter sur un seul allié dans la police. Mais surtout le dessinateur Alex Maleev continue d’expérimenter et de trouver un ton propre à la série, peut-être moins proche de ses Daredevil ou des Moon Knight de Bill Sienkiewicz, avec une petite touche de Walt Simonson. La série y trouve plus de personnalité et cette évolution contribue, forcément, à son charme. Sans doute que la confrontation du mois prochain devrait permettre d’installer encore plus les choses…

[Xavier Fournier]