[FRENCH] Arrivé au troisième épisode de la série exploitant l’imaginaire de Jack Kirby (et qui plus est des créations pour la plupart inédites), Kirby Genesis se structure en regroupant les protagonistes à travers divers camps. Il y a encore beaucoup de monde dans la distribution et on s’y perd parfois un peu… mais l’effet est de moins en moins déroutant alors que l’histoire prend du relief. Allez zou, direction le Phantom Continent…

Kirby Genesis #3 [Dynamite] Scénario de Kurt Busiek
Dessin de Jack Herbert & Alex Ross
Parution aux USA le mercredi 7 septembre 2011

Kidnappé la dernière fois en compagnie de Thunderfoot (une sorte de monstre des bois) Kirby se retrouve déposé sur le Phantom Continent. Une sorte de monde perdu qui se matérialise et se dématérialise à travers le globe et qui sert, forcément, de refuge aux dinosaures, à de nombreuses créatures monstrueuses et à quelques « naufragés du temps ». Moulinez Dinosaur Island, la Savage Land, le triangle des bermudes, The Lost World ou le feuilleton TV Lost (statue géante à l’appui) et vous avez un achétype de contrée mystérieuse où chaque clairière cache un nouveau secret (y compris Reptar, une sorte de « cousin » de Devil Dinosaur). Bien que sympathiques, les trois épisodes précédents (en comptant le #0) avaient surtout mis l’accent sur le foisonnement, sur des hordes de personnages littéralement tombés des cieux sans qu’on soit forcément en mesure de reconnaître tout le monde (à plus forte raison puisque certaines créations étaient restés à l’état de croquis ou d’image de portfolio, sans biographie réellement identifiée). Le fait d’arriver dans un contexte plus typé permet d’une certaine manière de prendre du recul, de donner plus d’attention au contexte général qu’à l’énumération de noms. A plus forte raison puisqu’au fur et à mesure que ce contexte émerge, les personnages commencent à trouver leur place et on commence à mieux les comprendre et les distinguer.

Il n’en reste pas moins que la convergence de certaines forces parait parfois un peu forcé (comme trois ou quatre races extra-terrestres se trouvant dans la même grotte au même moment) et encore un peu trop peuplé. Mais, clairement, si on compare l’exercice à Project Superpowers, Kirby Genesis est assurément plus lisible et soutenu. Normal : pour le coup les deux têtes pensantes de Marvels sont à bord et on sent également un petit quelque chose d’Astrocity ou de Kingdom Come (qui était, je sais, co-écrit par Waid, mais une certaine ambiance proche demeure). Je ne regrette guère que le relookage massif de la « Glory Bridage » (les designs de Kirby ayant pour le coup été remplacés par quelque chose qui tient surtout de Ross). Une bonne idée serait peut-être aussi d’insérer en fin de numéro (mais j’imagine que ca reste une possibilité pour le TPB) les croquis de Ross ET les commentaires de Busiek serait assurément un plus. Non seulement pour définir si le lézard de telle page en haut à gauche est une allusion mais aussi et surtout pour expliquer précisément quel est le matériel de départ et quel est le rajout des auteurs. Il n’en reste pas moins que les choses prennent une très bonne tournure et qu’on peut espérer qu’avec l’arrivée prochaine des spin-offs comme Captain Victory et Silver Star les personnages trouveront encore plus de place pour respirer et vivre leurs aventures. C’est sans doute sur ce terrain que les auteurs et Dynamite trouveront (ou non) le relais de croissance de cet univers made-in-Kirby. Si vous n’avez pas déjà emboîté le pas de cette série, il vaut sans doute mieux attendre l’inévitable TPB mais la sortie de chaque fascicule s’installe comme un rendez-vous de plus en plus sympathique…

[Xavier Fournier]