Avant-Première VO: Review Justice League of America #6[FRENCH] 2ème chapitre de Trinity War mais surtout le moment où la principale Justice League réalise que Steve Trevor a mis sur pied une autre branche, la Justice League of America. Et pour sauver un être cher, Wonder Woman va devoir faire entrer dans la danse encore une autre section…

Avant-Première VO: Review Justice League of America #6Justice League of America #6 [DC Comics] Scénario de Geoff Johns et Jeff Lemire
Dessin de Doug Mahnke
Parution aux USA le mercredi 17 juillet 2013

Même si, à n’en pas douter, le logo Trinity War vaudra quelques lecteurs en plus à la série (à plus forte raison parce que les épisodes sont directement liés et que le public de la seule Justice League risquerait de ne pas s’y retrouver), le plus important ce mois-ci dans les aventures de la JLA c’est la confrontation avec le modèle, avec ces héros iconiques que Green Arrow et les autres pourraient avoir à éliminer un jour. De facto, la petite discussion entre Wonder Woman et Steve Trevor n’est pas de trop. Après… il n’en reste pas moins que l’épisode fait un peu fouillis et que le dessinateur Doug Mahnke (pas aidé par une mise en couleurs un peu loudre), nouvel arrivant sur le titre, peine à chorégraphier tout çà. Il y a de plus des touches scénaristiques pas très fines (par exemple d’un seul coup la culpabilité d’Atom semble surjouée. Ou encore Wonder Woman qui, avec un carnet d’adresse sans doute très musclé pour ce qui est de la magie, se tourne vers Justice League Dark… A la rigueur on aurait mieux compris que ça vienne de Zatanna).

Sur le plan plus positif il y a des liens potentiels intéressants. Dans ce nouvel univers par exemple la camaraderie Hal Jordan/Oliver Queen n’existe plus (une belle connerie d’ailleurs, ce n’est pas comme si c’était un élément qui faisait fuir les lecteurs). Par contre on est captivé par l’idée que cette amitié pourrait se reformuler entre Oliver et Simon Baz. Bon point, aussi, pour la montée en puissance de The Question et pour l’escamotage sans doute temporaire de la back-up sur Martian Manhunter (qui n’a rien apporté sur le plan scénaristique depuis son arrivée). L’impression que ça donne, quand même, c’est que le crossover intervient bien trop tôt dans l’histoire de la JLA, que le groupe ne s’est pas réellement formé et que du coup on a un magma de personnage mais pas plusieurs équipes qui se confrontent réellement…

[Xavier Fournier]